Les brèves de l'ami Jo... - Page 3

  • Une brève de l'ami Jo : "Textes Sacrés ou sacrés textes"

    bible_gutenberg.jpgSur l’évolution, la compréhension, et l’adaptation des textes religieux

    Si, comme le font certains, on se réfère et s’imprègne de textes écrits il y a plusieurs millénaires, on en arrive à des aberrations qui, quand elles sont suivies au pied de la lettre, conduisent à des situations grotesques. Cela mettrait en danger, non seulement l’existence même de ces religions, mais également la coexistence au sein même de celles-ci.

    Certains articles parus dernièrement à ce sujet, m’ont amené à m’intéresser à plusieurs textes de la Bible qui parfois sont cités. Je me suis alors trouvé en présence d’écrits qui, s’ils étaient encore considérés comme d’actualité, nous mettraient dans des situations qui, en plus d’être ridicules, rendraient la vie impossible dans un monde civilisé.

    Voici quelques « originalités » tirées du « Livre du Lévitique » (cliquez ici).

    Chapitre 18, Verset 22 de la Bible : “Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme : ce serait une abomination”. Ceci était encore le cas chez nous jusqu’il y a peu. Cela reste encore d’actualité dans une grande partie du monde.

    esclave.jpgL’exemple suivant est déjà beaucoup plus rare. Le livre du Lévitique, Chapitre 25, Verset 44 : il est permis « de posséder des esclaves, hommes ou femmes à conditions qu’ils soient achetés dans des nations voisines ». Donc, pas de problème au Grand-Duché, en France ou aux Pays-Bas, mais pas touche aux gens de chez nous ou à ceux à qui nous accordons l’asile.

    Au Chapitre 18, Verset 19 le même Lévitique défend aux hommes de « toucher » une femme durant sa période menstruelle ! Vous vous voyez au bureau poser « la » question à ce sujet à votre directrice des ressources humaines qui vous tend la main ?

    Exode, Chapitre 35, Verset 2, rappelle, lui, clairement, que celui qui travail le samedi doit être condamné à mort.  Ça, ça donnerait peut-être une bonne excuse aux personnel du TEC !

    Le Chapitre 19, Verset 19 interdit aux cultivateurs de planter deux types de cultures différentes dans le même champ et aux femmes de porter des vêtements de tissus différents.

    Médire et blasphémer selon Le Lévitique (Chapitre 24 Versets de 10 à 16) sont punis de lapidation et ceux qui « dorment » avec des membres de leur belle-famille seront tout simplement brûlés vifs (Chapitre 20, Verset 14). Plus question donc d’inviter belle-maman à passer le week-end à la maison.

    pape françois 1er.jpgIl existe encore pas mal d’autres joyeusetés du même acabit, et ceci dans la bible ! Voyez-vous notre Pape François remettre ces pratiques à l’ordre du jour ?!?!?!

    En conclusion, il est clair qu’il faut tenir compte des contextes historiques et géopolitiques de l’époque durant lesquels ces textes ont été écrits. De même, les termes utilisés peuvent voir leur signification ou leur portée varier selon les traductions (et les traducteurs !). Les prendre au pied de la lettre, comme le font encore certains de nos jours, devient dès lors un grotesque et dangereux anachronisme.

    Jo

    bar2.gif

    0 commentaire Imprimer
  • Une brève de l'ami Jo : "S.D.F."

    picsou.jpgSelon « l’Avenir.net, » la Belgique compte 358.219 millionnaires en dollars, dont plus de 100.000 millionnaires en euros et hors biens immobiliers.  Il y aurait aussi 8 milliardaires.

     

    358.219 millionnaires + 8 milliardaires, cela nous fait 358.227 S.D.F. (Sans Difficultés Financières). Je pense d’ailleurs, qu’il n’est même pas nécessaire d’en arriver à de tels montants pour mériter cette qualification de « sans difficultés financières ».

    Pourtant, ces privilégiés, touchent religieusement des « allocs », comme le commun des mortels, étant donné le principe qui régit notre système d’allocations familiales qui juge qu’un enfant, qu’il soit fils de riche ou fils de pauvre ne peut subir de "discrimination" !

    Ce n’est pas la première fois (voir ma brève du 30 août 2015 - cliquez ici) que j’écris sur un sujet dont je sais qu’il est diversement apprécié, mais je continue à trouver cela honteux autant qu’illogique. Surtout quand un gouvernement commence à devoir raboter sur les « avantages » sociaux afin de boucher des trous de dizaines de millions d’euros.

    Pour mieux se rendre compte de ce que représente cette ineptie amorale, voilà ce que ça donne quand on la multiplie par le nombre de nos SDF.

    J’ai trouvé sur le web les divers montants des allocations familiales, ils sont de 90 euros pour le premier enfant, 167 pour le second et 249 pour chaque enfant suivant.

    Pour évaluer le nombre de familles S.D.F, allocataires j’en ai divisé le nombre total par quatre.

    calcul bénéfice.jpgD’abord par deux, tenant compte que les deux parents d’une même famille peuvent être millionnaires.  Puis encore une fois par deux, présupposant que la moitié de ces mêmes familles n’ont pas ou plus d’enfants à charge.

    Cela donne 89.556 familles S.D.F. bénéficiant des allocations familiales.

    En leur attribuant forfaitairement une moyenne de 2,5 enfants par couple, cela correspond à des allocations familiales mensuelles de 90+167+124 soit 341 euros.

    Ou, par an, 4.092 € pour chacun des 89.556 ménages de milliardaires.

    Et 89.556 ménages S.D.F. touchant chacun 4.092 euros ça donne : 366.465.198 euros !

    366 Millions,465.198 euros. Par an

    Plus de 366 millions d’euros, de quoi reboucher, non des trous, mais des « cratères », non ?

    Ce calcul que certain ne manqueront surement pas de qualifier de simpliste, ne se base sur aucune étude officielle mais en réajustant le nombre de millionnaires comme je l’ai fait, si différence il devait y avoir, je crois qu’elle aggraverait encore ce chiffre.

    pauvre.2.jpgJ’ajouterais que je trouve tout autant illogique, honteux et même amoral, le fait que la ristourne sur les frais pharmaceutiques soient les mêmes pour les 358.227 S.D.F. que compte la Belgique que pour la petite veuve qui dépend du CPAS et qui, elle, doit demander au pharmacien de pouvoir payer fin du mois quand arrive sa pension, ou qui doit tout simplement se priver de médicaments.

    Pour rappel, la France, elle, s’est rendue à l’évidence et a commencé à adapter le montant des allocations familiales en fonction des revenus des allocataires.

    Ces « aides sociales » distribuées tant aux millionnaires qu’aux nécessiteux vont-elles devenir le sujet de nouvelles histoires belges ? Je suis curieux de savoir ce qu’en aurait dit Coluche !

    Jo

    bar2.gif

    1 commentaire Imprimer
  • Une brève de l'ami Jo : "WelliNews Télé"...

    caméra télévision.jpgIl paraît que, lors du dernier conseil communal, le public était plutôt clairsemé.  Manque d’intérêt pour les points qui figuraient à l’ordre du jour, sans doute…

    Par contre pour le prochain, suite au dernier point abordé, hors ordre du jour pourtant, on serait prêt à parier qu’il en sera autrement, car ce point est celui de la possibilité de capter les prochaines réunions en vidéo (cliquez ici).

    Après moultes réflexions, le conseil a marqué son accord de principe, mais veut éviter les dérives et donc adapter le règlement d'ordre intérieur du conseil.  Le cadre devra être établi pour la prochaine réunion.

    Pour fixer  ce cadre et ne pas avoir de problèmes, faute de prévoyance, il serait bon dès lors d’envisager les effets et retombées que ne manquera pas de provoquer une telle innovation et de s’y préparer dès maintenant.

    maquillage.gifPour commencer, un local est-il prévu où nos édiles pourront aller se faire poudrer le nez avant de passer sous les projecteurs.

    Existe-t-il un budget prévu pour rémunérer la ou les professionnelles chargées de veiller à la photogénie des protagonistes?

     

    Quand à se demander ce que cela apporterait comme plus-value, comme le demandait un des intervenants,  il faudrait d’abord savoir :

    Les prises de vues, seront-elles transmises en direct ou en différé ?

    Seront-elles transmises sur une chaîne à péage ?

    En cas de différé, passeront-elles en prime-time ou à l’heure où  les enfants sont au lit ?

    Dans le même cas, prévoira-t-on une bande annonce les jours précédant l’émission, permettant de juger de l’intérêt du sujet et du jeu des acteurs ?

    Si la diffusion a lieu au travers d’un décodeur, celui-ci sera-t-il payant ?

    Quelle sera la position de la commune concernant la possibilité de prévoir des encarts publicitaires entre les différents points à l’ordre du jour ?

    Que pense-t-elle de l’intervention d’un humoriste en cours d’émission, du style de  celui qui intervient le lundi soir dans l’émission sportive « La Tribune » ?

    - Va-t-on prévoir un sous-titrage pour les timides, et un "buzzer" pour les brasseurs de vent et monopolisateurs d’antenne?

    Il parait qu’à partir d’un certain nombre de visites sur Youtube, il y a des sous à gagner.  Il faut donc prévoir la répartition du pactole, de même que pour les éventuelles recettes publicitaires.

    mire.jpgEt tant d’autres choses comme : le droit à l’image pour les acteurs, les droits télé, le sponsoring, l’adaptation des décors, les costumes, la lumière, le son, etc…

    Comme le faisait très justement remarquer un des participants à ce dernier conseil, on est au 21ème siècle et il faut vivre avec son temps, car la technique évolue…  Suite au prochain épisode, donc…

    Jo

    bar2.gif

    0 commentaire Imprimer
  • Une brève de l'ami Jo : "Enseignement"...

    enseignement.jpgEnseignement. On n’a pas encore fini d’innover...

    (Au sujet d’un article passé dans Le Soir du vendredi 18 septembre.)

     

    Dans le but de trouver une cotation « moins anxiogène » et qui pourrait laisser des traces psychologiques chez l’élève, le ministère de l’éducation nationale français propose de supprimer purement et simplement le zéro dans les diverses épreuves écrites cotées actuellement entre zéro et 20 !

    Un zéro sur sa copie humilierait l’élève !

    On coterait donc maintenant de 1 à 20. Plus de zéro, ou alors des cotations par appréciations, depuis le "très bien" jusqu’à "l’insuffisant", ou encore au moyen d’un jeu de couleur du vert au rouge, et même comme cela existe déjà dans des écoles de France, on ne coterait plus, tout simplement !

    Je lis aussi dans cet article qu’il y a longtemps qu’à l’école on ne fait plus de dictées, « car jugées trop discriminatoires » !

    bonnet d'âne.jpgConséquence, pour ne pas laisser des "traces psychologiques", "éviter des humiliations", ainsi que "toutes discriminations", on en arrive inéluctablement à un continuel nivellement par le bas !

    Sincèrement, si un élève reçoit une cote de 0 sur 20, c’est pourtant la meilleure des alarmes...

    Ou bien, premièrement, l’élève s’en fiche complètement, et dans son cas l’attente des résultats n’est pas pour lui le moins du monde "anxiogène", ou, deuxième possibilité, il est véritablement nul sur le sujet et alors il est en train de perdre son temps dans une option qui ne lui convient "nullement".

    Parents et enseignants sont ainsi prévenus à temps qu’il est grand temps d’envisager une autre orientation.

    Je reprends ici un dicton qui convient on ne peut mieux à ce sujet, « Ce n’est pas en changeant de thermomètre qu’on change de température ».

     

    note scolaire.jpgBon, cela se passe en France, mais la France n’est pas loin et de ce fait, la contagion n’est pas loin non plus.  Rappelez-vous, il y a peu, il y a peu, , chez nous, le ministre Marcourt abaissait le niveau minimum de réussite, dans toutes les branches de 12 sur 20 à 10 sur 20 !

    Finalement, dans l’enseignement du français, doit-on aussi souvent modifier, améliorer, corriger, amender ?

    Rappelez-vous l’échec de l’introduction de la « méthode globale », aussi importée de France, dont a pâti toute une génération d’écoliers.

    Elle fut finalement abandonnée, accusée de provoquer notamment la dyslexie et la "dysorthographie".

    Jo

    bar2.gif

    4 commentaires Imprimer
  • Une brève de l'ami Jo : "Réfugiés"

    44 voiture 3.jpgEn 1940, c’était nous qui étions des réfugiés. Moi, j’avais 7 ans. Mon père était "parti à la guerre" (il a été fait prisonnier et s'est évadé), et c’est la France qui nous accueillait.

    Avec ma mère et mon petit frère, c'est avec mes grands-parents paternels que nous sommes partis dans la voiture de mon grand-père, une Citroën B14. (voir photo).

    Il ne me reste que peu de souvenirs de notre exode à travers la France, mais ceux-ci ajoutés à ceux que ma mère nous a racontés, font que j'ai toujours bien en tête cette tranche de vie qui a certainement été celle de milliers de belges à cette époque.

    Un des souvenirs qui est resté gravé dans ma mémoire, est celui de notre première étape, le soir du premier jour de ce que nous appelions déjà notre "évacuation".

    La nuit commençait à tomber et la caravane commençait à se disloquer, les gens s'éparpillant, cherchant un endroit où passer la nuit.

    wellin,commune,brève,ami,jo,simar,réfugié,exode,france,1940,belge,accueil,migrant,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,province,philippe,alexandreMa mère m'a raconté que dans les villages, les français étaient sur leur porte regardant passer cette transhumance de gens à pieds, en voiture, ou en charrette tirées par des chevaux.  Ils criaient vers nous pour nous proposer de nous abriter pour la nuit, certains dans leur maison, d'autres dans leur grange ou leur fenil.

    La première nuit, je me rappelle que ma grand-mère était malade.  La petite dame âgée qui nous avait recueillis voulu absolument lui donner sa chambre et son lit tandis qu'elle a dormi dans le fauteuil de sa cuisine.

    Avec mon grand-père et ma mère, nous avons dormi sur du foin, dans la soupente au-dessus des vaches. Avec mon frère, on s'amusait comme des fous.  Pensez donc : dormir dans du foin au-dessus des vaches, on n'aurait jamais espéré ça.

    De tout le voyage, je ne me rappelle vraiment que de cette nuit-là, mais pour autant que je sache, tout le long de notre périple, qui nous a conduits jusqu'à Couiza, dans l'Aude, nous avons été accueillis de la même façon.

    Mais ça, c'était il y a 75 ans… Comme les gens ont changé !

    Jo

    bar2.gif

    0 commentaire Imprimer
  • Une brève de l'ami Jo : "Bulletin Communal"

    wellin,commune,brève,ami,jo,simar,bulletin,communal,bourgmestre,maïeur,anne,bughin,maison,association,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,province,philippe,alexandreCe vendredi 4 septembre est tombé dans toutes les boîtes aux lettres de la commune, le Bulletin Communal n° 5 frappé pourtant de la date de Août 2015. C’est d’autant plus bizarre que notre Maïeure, elle, avait certainement préparé son éditorial bien avant car elle commence par « Avec l’arrivée des beaux jours », alors que nous recevons sa prose avec l’automne à nos portes !

    Rien de grave, mais dans son laïus semestriel, notre Maïeure conseille « à chacun et à chacune de veiller à offrir dans son environnement immédiat une qualité de vue à ses voisins, touristes etc. (…) un jardin entretenu et quelques fleurs ajoute-t-elle » !

    J’ai été quelque peu surpris par ce passage car lors d’une de mes brèves de l’année passée je faisais justement la remarque que si notre maison des associations faisait la fierté de notre commune, sa construction faite de cette magnifique pierre régionale, la rendait plutôt austère (cliquez ici). Je proposais donc à notre Administration de prévoir un budget l’année prochaine en vue de fleurir les fenêtres de ce beau bâtiment. Ce que me promis alors de faire notre Maïeure. Et pourtant, cette année ……

    Je sais que, dans la gestion d’une commune, un problème de cette importance est certes mineur par rapport à tous ceux qui se présentent, mais à partir du moment où, personnellement, notre premier Magistrat conseille à ses administrés de faire ce qu’il a promis de faire sans le faire ou le faire-faire, faut l'faire (ouf) et ça ne peut que sauter aux yeux.

    Il y a peu, lors d’une rencontre plus récente, notre Maïeure m’a de nouveau promis que pour l’année prochaine notre belle maison de village serait fleurie. Je veux là croire.

    wellin,commune,brève,ami,jo,simar,bulletin,communal,bourgmestre,maïeur,anne,bughin,maison,association,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,province,philippe,alexandre

    Mais avant même de fleurir ses jardins, la moindre des choses dans une commune aussi jolie et (presque) propre que la nôtre, ne devrait-elle pas, notre Maïeure, non seulement conseiller, mais rappeler à l’ordre les propriétaires de maisons dont les trottoirs s’apparentent plutôt à une petite brousse ?

    Sur internet, je suis tombé sur le règlement de la ville de Liège à ce sujet, un règlement qui je suppose doit être pratiquement le même pour toutes les communes. En voici un extrait.

    244630105.jpg« Tout occupant d'immeuble est tenu de maintenir dans un état de propreté suffisant l'entièreté de la portion de trottoir, d'accotement et de rigole se trouvant en regard de sa demeure ou de sa propriété, afin d'assurer la propreté, la salubrité et la sûreté de la voie publique, sous réserve d'autres dispositions réglementaires. Il est tenu notamment d'y enlever les végétaux qui y croissent, etc… »

    Pour ce qui est du prix de l’anti-herbes (attention à la nouvelle réglementation! - cliquez ici), j’ai publié en son temps dans une brève la recette d’une composition au prix de revient plus qu’abordable à base de sel et de vinaigre bon marché (cliquez ici).

    Une dernière remarque, concernant le Bulletin Communal, je la donne pour ce qu’elle vaut.

    wellin,commune,brève,ami,jo,simar,bulletin,communal,bourgmestre,maïeur,anne,bughin,maison,association,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,province,philippe,alexandreConcernant la rubrique « Urbanisme » en page 7, je lis « … les objectifs du PCA sont bien d’éviter une densification excessive du centre du village… ». Par contre, dans les conseils du P.C.D.R. (Programme communal de développement rural), je relève ce texte, « Il faut au contraire freiner la dispersion des fonctions par leur regroupement dans les centres urbains et les noyaux d’habitat (densifier l’urbanisation) et rapprocher les unes des autres les fonctions complémentaires, c'est-à-dire l’habitat, le travail et les équipements, notamment en pratiquant une mixité des fonctions ».

    N’y a-t-il pas là une contradiction ? Naturellement à partir de quand une densification devient-elle excessive ? Encore une fois, chacun appréciera selon ses convenances !

    Jo

    bar2.gif

    0 commentaire Imprimer
  • Une brève de l'ami Jo : "Mourir de honte!"

    Etant donné l’actualité j’avais d’abord pensé faire ma brève sur la mort du petit Aylan, retrouvé noyé sur une plage de Bodrum.

    Mais après avoir vu la manière dont le sujet est traité sur les réseaux sociaux, notamment Facebook, à mon grand regret, je préfère éviter cette matière, afin, comme le dit si bien un de mes bons amis, d’éviter de servir une soupe toute prête aux auteurs de commentaires affligeants sur ces réseaux.

    bar2.gif

    Mourir de Honte !

    wellin,brève,ami,jo,simar,stade,heysel,uefa,football,euro,2020,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,commune,province,philippe,alexandreNotre Heysel étant déclaré obsolète aux yeux de la FIFA, on a pu lire dans la presse en son temps que, « si nous ne voulons pas mourir de honte », il fallait, et en vitesse, construire un nouveau stade pour l’Euro 2020 qui coûterait, estimait-on à l’époque, entre 250 et 300 millions d’euros !

    Une estimation, bien sûr, car entre estimation, et réalité… rappelez-vous la gare des Guillemins à Liège), et pour le moment celle de Mons qui prend le même chemin.

    Sans compter, qu’il est sûr et certain, que la fédération d’athlétisme voudra elle aussi son stade qui coûtera aussi ses quelques centaines de millions et il semble que dernièrement elle ait reçu des garanties à ce sujet. Sinon, ce serait deux fois la honte.

    wellin,brève,ami,jo,simar,stade,heysel,uefa,football,euro,2020,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,commune,province,philippe,alexandreLa honte, oui, car de quoi aurions-nous l’air à coté de pays tels que l’Espagne, l’Italie, la Grèce, le Brésil, etc. ces pays qui ont les stades de foot les plus prestigieux du monde , stades qui font la fierté de leurs peuples. Non vraiment, je n’ose penser à la honte qui pèserait sur notre pays.

    Mais quand même, on peut se poser quelques questions, non ?

    Pas des questions comparatives avec ces pays, non. Non, les questions que je me pose, sont d’un tout autre genre.

    Tout en comprenant les fans du foot qui auraient donc l’impression que la Belgique se couvrirait de honte, si elle ne pouvait revendiquer un stade digne d’accueillir une coupe d’Europe, comment peut-on en arriver à envisager un tel investissement alors que :

    • penseur.2.jpgIl n’y a pas d’argent pour construire des écoles dont on sait très bien qu’elles vont cruellement manquer dans un tout prochain avenir, c’est déjà le cas à Bruxelles
    • Il n’y a pas d’argent pour les crèches, (c’est d’actualité depuis des années).
    • Il n’y a pas d’argent pour construire les hôpitaux ni parfois pour les équiper des dernières technologies.
    • Il n’y a pas d’argent pour construire ou entretenir les prisons. La surpopulation y est telle qu’on en arrive même, à ce qui se dit, qu’en Belgique il est plus difficile d’entrer en prison que d’en sortir !
    • Il n’y a pas d’argent pour le budget de la Justice et ce, à un tel point que les retards dans les tribunaux dépassent couramment allègrement les 10 ans, dépassant ainsi ce que l’on appelle pudiquement « le délai raisonnable » permettant ainsi (entre-autres) aux coupables de blanchiment d’argent de profiter de non-lieux et cela à longueur d’années, et pour des dizaines ou des centaines de millions d’euros.
    • Sans parler de la police qui manque de moyens et les pompiers de matériel, les universités de chercheurs etc… etc.

    Et pourtant, sûr que les deux stades se feront. Vous voulez parier ?

    Ce n’est pas à mourir de rire ça ?

    Jo

    bar2.gif

    1 commentaire Imprimer
  • Une brève de l'ami Jo : "Ils l'ont fait!"

    livret-famille-medium-8171667.jpgEt si les français l'ont fait, alors pourquoi pas nous ?

    Le 12 octobre 2014, je publiais sur le blog une brève intitulée "Des idées au gouvernement pour trouver des sous" (cliquez ici).

    Cette brève n'était rien d'autre que la copie exacte d'un mail que j'avais envoyé peu auparavant à quelques politiciens de la région.

    Pour vous la remettre en mémoire, cette brève s’interrogeait sur le bien-fondé d'une institution qui met tous les belges dans le même panier, la « Sécurité Sociale ».

    pauvre.2.jpgJe trouvais tout à fait illogique que des personnes fortunées dont certaines des plus riches du royaume, bénéficient d'une aide « sociale » identique à celle dont bénéficient les personnes qui, elles, émargent au CPAS !

    Comme dit ci-dessus, le contenu de cette brève avait été communiqué aux politiciens de mes relations et, mis à part ceux qui ont choisi de ne pas me répondre, les autres ont tous répliqué unanimement dans le même sens, « - Selon la loi, les droits fondamentaux etc.... etc… les belges sont tous égaux et ont droit aux mêmes avantages sociaux. Impossible de changer cela ! »

    Eh bien, les Français, viennent eux de le faire. Ils commencent à modifier cette anomalie (cliquez ici).

    On a pu voir à la télévision des interviews « trottoir » de personnes nanties de différents niveaux, et toutes celles interrogées n’ont pu que trouver cette modification logique.

    Sincèrement, qui peut trouver normal que des salariés qui touchent 1.500 ou 15.000 euros par mois perçoivent les mêmes allocations familiales et que les deux profitent des mêmes réductions sur les soins médicaux et les médicaments.

    Si le montant des pensions est bien, lui, proportionnel aux salaires perçus, pourquoi en est-il autrement pour les allocations familiales et les frais médicaux ?

    Pour situer et me conforter dans ma réflexion, je reprends les définitions du Petit Robert concernant les deux mots qui forment le nom de l’entité qui régit cet ensemble d’aide à la population belge, la « Sécurité sociale » :

    securite-sociale.pngSécurité : "Sentiment de confiance et de tranquillité d’une personne qui se sent à l’abri du danger."

    Social : (…) "Relatif notamment à la condition des catégories de personnes les moins favorisées."

    La Sécurité Sociale a donc été créée pour mettre à l’abri les moins favorisés, cela dit bien ce que cela veut dire, non ? C’est-à-dire que ces aides ne sont pas faites pour le PDG d’entreprise, sauf s’il est ruiné, mais bien pour le chômeur, sauf s’il lui arrive de gagner à l’Euromillion !

    Jo

    bar2.gif

    1 commentaire Imprimer
  • Une brève de l'ami Jo : "La signalisation routière doit-elle souffrir des limitations du budget ?"

    wellin,brève,ami,jo,simar,chemin,commune,coputienne,inzery,panneau,agglomération,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,commune,province,philippe,alexandreIl s'agit ici d'artères communales de l'entité dont la densité de circulation est telle qu'elle doit certainement, en période de grand trafic, frôler les 3 ou 4 passages piétonniers journaliers, celle des véhicules à moteurs pouvant, elle, atteindre plus ou moins les mêmes chiffres en période estivale, (tracteurs agricoles compris).  C'est dire si, dans ces artères, une signalisation routière adéquate est absolument indispensable.

    Indispensable car jusqu'il y a peu, un panneau officiel signalait aux usagers provenant du Coputienne et du chemin d'Inzeri qu'à partir de cet endroit il entrait en agglomération wellinoise.). Sage précaution !

    Depuis un certain temps des "trous de balles" y avaient laissé leurs signatures, perforant le dit panneau. Les trois impacts de quelques millimètres de diamètre chacun rendaient vraisemblablement ce panneau illisible et il fut remplacé, mais cette fois par deux panneaux identiques en bon état, signalant l'un l'entrée dans l'agglomération, et l'autre la sortie de celle-ci, action louable s'il en est, permettant ainsi d'éviter toutes possibilités de quiproquo.

    wellin,brève,ami,jo,simar,chemin,commune,coputienne,inzery,panneau,agglomération,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,commune,province,philippe,alexandreSauf pourtant pour le flux circulatoire, venant du Ry d'Ave par le Fond des Vaulx passant par le chemin d'Inzeri car là, ils font double emplois avec celui déjà rencontré sur la nationale avant la prise du chemin d'Inzery. Par contre ce panneau reste utile pour l'unique et sporadique habitant de la voie sans issue du Coputienne qui sans ce panneau pourrait ne pas se rendre compte qu'il entre en agglomération.

    A propos, pourquoi ce chemin en cul de sac qui monte au Coputienne ne bénéficie-t-il pas comme pour celui qui mène à Brochant, d'un panneau de voie sans issue, tenant compte du risque d'embouteillage au sommet au cas où plusieurs véhicules s'y engouffreraient simultanément.

    wellin,brève,ami,jo,simar,chemin,commune,coputienne,inzery,panneau,agglomération,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,commune,province,philippe,alexandreCette voie vers le Coputienne n'est pas équipée non plus des panneaux indiquant sa forte dé-clivité, ni-en bas ni en haut. Aucune trace non plus de panneau de perte de priorité au niveau du carrefour avec le chemin d'Inzeri (ou bien, serait-ce ce chemin du Coputienne qui serait prioritaire) ? A éclaircir !

    Autre problème concernant cette fois le flux circulatoire venant du centre du village et empruntant le chemin d'Inzeri pour rejoindre le Fond des Vaulx.

    Une fois passé le panneau de fin d'agglomération, l'usager motorisé croit, de bonne foi, pouvoir augmenter sa vitesse alors que vraisemblablement ce panneau est annulé par celui de la route nationale au Fond des Vaulx dont il est question ci-dessus.

    wellin,brève,ami,jo,simar,chemin,commune,coputienne,inzery,panneau,agglomération,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,commune,province,philippe,alexandreDu coup, il se trouve en infraction et il suffit d'une voiture banalisée dissimulée derrière une vache ou l'autre pour écoper d'un procès verbal !

    Dernière chose, ne serait-il pas envisageable d'installer des feux de circulation alternatifs aux entrée et sortie du chemin d'Inzeri, son étroitesse ne permettant pas le croisement et provoquant régulièrement des embouteillages.

    Jo

    bar2.gif

    Le Coputienne et le chemin d'Inzery (cliquez pour agrandir)

    wellin,brève,ami,jo,simar,chemin,commune,coputienne,inzery,panneau,agglomération,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,commune,province,philippe,alexandre  wellin,brève,ami,jo,simar,chemin,commune,coputienne,inzery,panneau,agglomération,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,commune,province,philippe,alexandre

    0 commentaire Imprimer
  • Une brève mise au point de l'ami Jo...

    penseur rodin.jpgPour une fois je vais me permettre de répondre à la personne qui, dans ses commentaires, perçoit des "relents de racisme" dans ma brève sur les Roms (cliquez ici).

    En compulsant les dictionnaires, on peut résumer la définition de racisme, comme le fait très bien l'un d'eux, en ces quelques mots : " Ensemble de théories et de croyances qui établissent une hiérarchie entre les races, entre les ethnies.  − En partic. :  Doctrine politique fondée sur le droit pour une race (dite pure et supérieure) d'en dominer d'autres, et sur le devoir de soumettre les intérêts des individus à ceux de la race."

    Vraiment je ne vois dans mon texte aucun propos qui, en fonction de cette définition, justifierait cette qualification.

    C'est dommage que l'on prenne de plus en plus l'habitude d'employer à la légère certains de ces qualificatifs dangereux, (tel que ces mots : "racisme" ou "raciste").   Ce faisant, on en diminue la portée tout en prenant le risque de blesser ceux qui, parfois, sont ainsi désignés injustement.

    Jo

    bar2.gif

    penseur.jpgNDLR : Je ne peux qu’adhérer à cette mise au point qui a le mérite de préciser le poids de certains mots, souvent galvaudés.  J’ajoute que les textes qui paraissent sur le blog de Wellin, comme déjà précisé par le passé, sont sélectionnés (entre autres) sur base du respect au sens large du terme : pas d’insultes, de propos extrémistes ou clairement mensongers.  Il s’agissait en l’occurrence d’un questionnement sur des faits qui apparaissent régulièrement dans l’actualité avec, en sus, une comparaison à prendre au second degré (presque tout le monde l'avait compris !).  Lorsqu’on aborde ce genre de sujets, il est difficile d’échapper à certains clichés.  Toutefois, aucun jugement, stigmatisation ou dénigrement n’a été porté sur ces choix de vie ou sur les personnes concernées (au contraire !).  Je regrette en outre que ces termes, blessants pour l’auteur du texte, soient proférés, à mauvais escient, avec une telle légèreté.  Il s’agit malheureusement du revers de la médaille du sacro-saint principe de liberté d’expression…

    Ph. A.

    bar2.gif

    1 commentaire Imprimer
  • Une brève de l'ami Jo : "Les gens du voyage"

    gens du voyage.jpgLes gens du voyage motorisé, il y en a de deux sortes : les touristes et les Roms...

    Personnellement je n'ai rien contre les Roms, je les envierais presque. Oui, sincèrement ces gens pratiquent un genre de vie qui me plaît.  Pas tout le temps bien sûr, mais de temps en temps certainement.

    J'ai d'ailleurs fait de la caravane et eu deux motorhomes. (Les français disent « camping car »).

    Avec mon premier motorhome, il y a trente ans, pas de problème, je pouvais pratiquement m'arrêter et passer la nuit n’importe où. Avec le deuxième, (c'était en 2.000) plus question !

    Actuellement le stationnement des motor-homes et caravanes est sévèrement réglementé partout en Europe. Ils doivent impérativement s'arrêter dans les endroits prévus à cet effet (style camping) en payant à la nuitée.

    roms caravanes.jpgAlors pourquoi les villes et communes devraient-elles prévoir des terrains (gratuits en sus) pour ces "gens du voyage" qui en plus viendront, ou ne viendront pas dans ces terrains prévus, car du fait du principe de liberté totale qu’ils ont choisi (c’est leur droit), ils ne peuvent ou ne veulent planifier à l’avance, ni leurs itinéraires, ni leurs étapes?

    Viendront ? Viendront pas ?

    Tous les touristes qui voyagent en motorhome ou en caravane sont comme les Roms, des gens du voyage, sauf qu'eux en général, ils n'ont qu'une ou deux semaines par an pour "pratiquer", à l'exception des pensionnés, bien sûr. De plus, ils réservent souvent leur emplacement à l'avance, payant même en général un acompte à la réservation !

    Pas un seul que je sache n'a jamais exigé d'une ville ou d'une commune un emplacement gratuit pour y passer une nuit, ou une quinzaine !

    Pourtant ces Roms devraient avoir les moyens de payer leurs nuitées : leurs véhicules et caravanes, n'ont rien de ruines.  On l'a vu ces jours-ci à la télé, c'est même le top du top !

    vanniers  ambulants.jpgMais au fait, étant toujours du voyage, comment gagnent-ils leur vie ?

    Et, question subsidiaire, ou paient-ils les impôts qui pourraient justifier qu'on laisse des terrains à leur disposition ?

    Car en fonction de leurs signes extérieurs de richesse, voitures haut de gammes, caravanes luxueuses et motorhomes idem, c'est pas des "pauv'gens" !

    Sans parler des bijoux qu'ils adorent exhiber.

    Avouez qu’il y a de quoi se poser des questions, vraiment!

    Jo

    bar2.gif

    4 commentaires Imprimer
  • Une brève de l'ami Jo : "Le lion est mort ce soir"

    lion cecil.pngUn chasseur à tué Cecil, un lion dans un parc national du Zimbabwe.  Il l'a abattu tout à fait légalement contre payement de 50.000 dollars.

    Mais, ce "crime" a provoqué une levée de boucliers telle qu'elle a fait la une de certains journaux et qu'une pétition demandant justice pour Cecil a réunis plus de 400.000 signatures en quelques heures.  Cette levée de boucliers a aussi provoqué un déferlement d'indignation sur les réseaux sociaux allant parfois jusqu'à l'appel au meurtre !

    Ce chasseur avait pourtant abattu ce lion tout à fait légalement et pour ce faire avait payé la coquette somme de 50.000 dollars.

    Je veux bien admettre que la disparition d'une telle bête, fasse mal à ceux qui, comme moi, aiment les animaux, mais quand je vois une telle mobilisation (500.000 signatures en quelques heures) et à quels extrêmes sont prêts à arriver certains (appels au meurtre!), je crois quand même qu'il y a de quoi en rester perplexe, car, finalement, c'est bien d'un animal dont on parle, non ?

    schaerbeek enfant fenêtre.jpgIl y a quelques jours, chez nous, en Belgique, a Schaerbeek, un homme a poignardé puis jeté par la fenêtre du deuxième étage deux enfants de 6 et 8 ans. Autre chose que la mort d'un lion, non ? Eh bien, je n'ai même pas entendu parler à cette occasion, de la création d'une pétition qui aurait reçu la moindre signature !

    Comparaison n'est pas raison ? Eh bien cette fois, si !

    Car, si un lion tué au Zimbabwe est capable de révolutionner la moitié de la planète, et que deux petits gosses poignardés puis jetés vivant par la fenêtre, n'ont l'air d'émouvoir personne (même pas un des 500.000 signataires qui ont été choquées par la mort d'un lion) alors là, il y a quelque chose qui cloche !

    La semaine passée déjà, je faisais remarquer que 7 personnes qui se faisaient assassiner et décapiter au Cameroun, ne méritaient qu'un entrefilet de deux ou trois lignes en bas de page intérieure du quotidien Le Soir, Mais pour un lion ! ! !

    enfant-faim.jpgPour en revenir à la mort de ce lion, elle, au moins aura rapporté 50.000 dollars à un pays ou le salaire moyen mensuel est de 50 euros et l'on peut espérer qu'au moins une partie du prix de la vie de ce lion, servira à améliorer l'ordinaire d'une population qui a d'autres raisons de se plaindre que celle de la mort d'un animal, aussi beau soit-il...

    Aussi, j'irais même jusqu'à espérer que si l'argent provenant de ces riches chasseurs permet de donner un peu mieux à manger à un peuple qui doit survivre avec les revenus repris ci-dessus (soit autour de 1,7 euro par jour), oui : j'irais jusqu'à espérer que de temps en temps l'un ou l'autre de ces riches chasseurs abattent l'un ou l'autre de ces lions.

    ivoire.jpgEt pour ceux qui font passer la vie d'un animal avant une vie humaine (il y en a !), avec cette somme, quels moyens ne pourrai-t-on mobiliser pour éradiquer ou limiter le braconnage des parcs nationaux où, entre-autre, on massacre éléphants et rhinocéros rien que pour leurs défenses ou leurs cornes.

    Jo

    bar2.gif

    0 commentaire Imprimer
  • Une brève de l'ami Jo : "Vu, lu ou entendu cette semaine dans les médias"

    wellin,brève,ami,jo,simar,commune,blog,sudinfo,actualité,sudpresse,la meuse,luxembourg,province,libramont,agriculteur,cannabis,tva,philippe,alexandre,aide,gouvernement,étatInternational : Cameroun. Article perdu dans un entrefilet en bas d'une page intérieure du journal Le Soir de ce dernier mercredi :

    "Depuis dimanche, sept personnes ont encore été tuées, dont trois décapitées, dans la région lors d’attaques islamistes. (afp)."

    Sept assassinats commis par "ces gens là", ne méritent déjà pas plus que deux lignes en bas de page ! A partir de combien d'exécutions à la fois cela commence-t-il à choquer ?

    Belgique santé : Après d'âpres négociations avec le monde pharmaceutique, notre ministre de la santé est fière d'avoir obtenu un accord qui rendra les wellin,brève,ami,jo,simar,commune,blog,sudinfo,actualité,sudpresse,la meuse,luxembourg,province,libramont,agriculteur,cannabis,tva,philippe,alexandre,aide,gouvernement,étatmédicaments moins chers grâce à une diminution annuelle globale sur les prix des médicaments de 50 millions d'euros.

    Si je compte bien, comme nous sommes 10 millions de belges, bien répartie cette manne serait de 5 euros par an par tête de pipe, ou 41 centimes par mois !

    Plus ou moins le prix d'un cachet d'aspirine, non ?

    Merci Maggie.

    Belgique Finances : Selon notre premier ministre, quand il était en faveur de la baisse de la TVA sur l'électricité, cette baisse devait rapporter de 500 à 600 millions d'euros aux entreprises et aux familles.

    wellin,brève,ami,jo,simar,commune,blog,sudinfo,actualité,sudpresse,la meuse,luxembourg,province,libramont,agriculteur,cannabis,tva,philippe,alexandre,aide,gouvernement,étatOn peut donc supposer que ramener cette TVA à son taux antérieur, comme il a décidé de faire, va rapporter à l'état le même montant, mais cette fois, il va sortir de la bourse des entreprises et des familles.

    Venir reprendre aux familles et aux entreprises ce qui leur avait été donné, on ne s'en étonne plus, on finira sûrement par voir pire, mais par contre, parallèlement, si, pour cause de mauvaise gestion, l'Etat s'avoue incapable d'envoyer plus de 20% des procès verbaux pour infractions au code de la route et que surtout, selon le rapport de la sécurité routière, ce montant dépasse le milliard et demi !

    A lui seul ce montant rapporterait trois fois ce que rapportera à l'Etat la hausse de la TVA.

    Ce n'est pas à en pleurer ?

    D'autant que cette récupération se ferait d'une manière totalement indolore pour le contribuable.

    wellin,brève,ami,jo,simar,commune,blog,sudinfo,actualité,sudpresse,la meuse,luxembourg,province,libramont,agriculteur,cannabis,tva,philippe,alexandre,aide,gouvernement,étatBelgique local : Alors qu'à la foire de Libramont les agriculteurs se plaignent du manque d'aides de la part de l'Etat, il semblerait qu'à Wellin un "cultivateur" s'étant lancé dans une culture hautement spécialisée, aie vu le fruit de son lourd labeur entièrement saccagé par des forces paramilitaires, ceci à quelque jours d'une récolte pourtant particulièrement prometteuse.  L'exploitation était gérée par un jeune "cultivateur" d'autant plus méritant qu'il semblerait n'avoir jamais demandé ni reçu aucune aide de l'Etat pour créer son entreprise et voit ainsi ses rêves partis en fumées qui ne sont pas celles dont il rêvait.

    A quelle époque vivons-nous ?

    Jo

    bar2.gif

    0 commentaire Imprimer
  • Une brève de l'ami Jo : "Examens !"...

    wellin,brève,ami,jo,simar,école,examen,justice,tribunal,marcourt,ministre,enseignement,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,province,philippe,alexandreDes parents s'opposent aux décisions de l'école.

    On voyait déjà, de plus en plus, des parents se révolter contre les décisions des professeurs.  Mais cette fois, certains viennent de franchir un pas de plus : celui de se faire représenter par un avocat pour contester de manière officielle et faire opposition aux décisions de l'école.

    Plusieurs cas ont été répertoriés, dont un dont les parents n'admettaient pas la décision d'une école qui décidait qu'un enfant de troisième maternelle n'était pas apte à passer en primaire !

    Quand on en arrive à de tels extrêmes il ne reste plus qu'un pas à franchir avant que des parents, mécontents des résultats de leur progéniture, n'attaquent écoles, directeurs et professeurs en justice.

    Et, tant qu'on y est, pourquoi pas dans cette optique obliger les profs, à l'instar des jurés d'assises, d'argumenter et justifier leurs décisions ?

    Ceci, avec seulement la différence que les jurés d'Assises ne font cela qu'une fois dans leur vie, tandis que les profs seraient amenés, eux, à le faire plusieurs fois chaque année, et parfois pour plusieurs cours de chacun de leurs 20 à 30 élèves.

    wellin,brève,ami,jo,simar,école,examen,justice,tribunal,marcourt,ministre,enseignement,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,province,philippe,alexandreEt finalement pourquoi les parents n'auraient-ils pas la possibilité de faire Appel, puis d'aller en Cassation, et finalement demander des indemnités pour dommages en cas succès du recours ?

    J'exagère ? A voir, car si rien ne change, ce sera cela, ou alors, comme certains le demandent déjà, on en arrivera à une suppression totale des examens pour raison de ségrégation.

    Car forcément, des résultats d'examens rendus publics, provoquent une réelle discrimination parmi les élèves en les situant sur une échelle de capacité intellectuelle.

    "Vous vous rendez compte de ce que doit ressentir un élève qui n'est pas le premier de sa classe", vous diront les adeptes du nivellement par le bas !

    Et ce nivellement par le bas vient encore une fois faire l'actualité politique wallonne grâce au décret de notre ministre de l'enseignement supérieur de l'entité Wallonie-Bruxelles, Mr. Marcourt, ramenant le taux de réussite nécessaire pour réussir un examen, de 12 / 20, qui était la norme jusqu'à ce jour, à 10 / 20 à partir de maintenant !

    Ce n'est certainement pas cela qui va améliorer notre classement à l'enquête annuelle PISA qui publie les performances des systèmes éducatifs des pays européens dont voici un extrait ci-dessous :

    Enquête PISA sur 32 Pays :

    • En mathématique : La Flandre est 4°, la Wallonie 22°
    • En lecture : la Flandre est 5°, la Wallonie 15°
    • En sciences : la Flandre est 9°, la Wallonie 26°

    Il y a peu, vous vous rappelez, ma brève sur la "barakisation" (cliquez ici)?

    Par hasard, je suis tombé sur un autre classement, sur le site "metis" si vous voulez vérifier.  Il n'a rien à voir avec l'enseignement... Quoique !

    Là c'est autre chose, la Belgique est classée 3°...

    wellin,brève,ami,jo,simar,école,examen,justice,tribunal,marcourt,ministre,enseignement,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,province,philippe,alexandreIl s'agit du classement des pays européen classés par nombre de journées de travail perdues en raison de grèves.

    Jo

    bar2.gif

    2 commentaires Imprimer
  • Une brève de l'ami Jo : "Ainsi va la Wallonie"

    Transports publics. Comparaison entre De Lijn et les TEC

    (Sources : l'avenir.be - Sites officiels des TEC et De Lijn - La Cour des comptes)

    tec_delijn_stib.jpgDans un entretien diffusé par le quotidien L'Avenir comparant avec la région flamande, Willy Borsus estimait que la Région Wallonne qui gère les transports en publics devait diminuer notamment le nombre de ses administrateurs.

    Selon lui, "Si De Lijn devait transposer la structure adoptée en Wallonie en proportion des voyageurs transportés, le groupe flamand devrait compter 170 administrateurs au lieu de 11 actuellement et 22 directeurs généraux au lieu de 6 actuellement."

    Ci-dessous un comparatif de données collectées 1) - dans la presse au moment où est publié cet article, 2 - sur les sites officiels de De Lijn et TEC, "qui semblent" donner raison à notre ministre des Classes moyennes et des Indépendants.

    Il faut d'abord savoir que par an :

    • Les bus et trams de De Lijn couvrent 208.000.000 de km
    • Ceux des TEC...............................  120.000.000 de km
    • Les bus et trams de De Lijn transportent 532.000.000 passagers
    • Les TEC……………………………….......................288.000.000

    Par contre :

    • De Lijn est géré par 11 administrateurs
    • Les Tec par............................. 152 (si, si!)
    • De Lijn est dirige par 6 directeurs
    • Les Tec par…………………8 directeurs
    • De Lijn paie directeurs et administrateurs 84.946 €
    • Les Tec………………………………… 377.390 €

    Soit les TEC ont à peu près la moitié de km couverts et la moitié de passagers payants par rapport à De Lijn, mais… 4 fois plus de frais administratifs. c.q.f.d !

    argent amendes sécurité routière.jpgCes montants ne sont pas du "gros argent" quand on est toujours à la recherche de millions et de milliards d'euros, d'accord, mais au moins ça donne une petite idée de la façon dont est gérée "notre" Wallonie.

    Risible ? Ça donnerait plutôt envie de pleurer non ?

    Pour continuer les comparaisons, je n'ai malheureusement pas trouvé de source fiable permettant de comparer le nombre et le coût du personnel employé ni les journées de grève "prestées " par chaque entité, TEC et De Lijn...

    Jo

    bar2.giflogo-tec_edited-1.jpg

    0 commentaire Imprimer
  • Une (double) brève de l'ami Jo : "Dites-le avec des fleurs"

    1717016640.JPGDans une de mes brèves de l'an passé, en octobre (cliquez ici), j'applaudissais au bon fonctionnement de notre maison des associations, et depuis je pense que cela n'a été qu'en s'améliorant.

    Pourtant je terminais alors ma brève par un petit bémol. Je trouvais qu'un tel bâtiment, aussi, beau et aussi fonctionnel soit-il, du fait de ses matériaux de construction, était un peu tristounet, et qu'il serait facilement mis en valeur par une décoration florale qui le rendrait immédiatement plus accueillant.

    Notre bourgmestre m'avait répondu alors que cette année, elle avait été un peu prise par le temps, mais qu'elle tiendrait compte de ma remarque en y remédiant dès l'année prochaine.

    Et nous y somme dans cette année prochaine, mais hélas je ne vois pas encore le moindre géranium pointer ses pétales aux fenêtres de notre maison de village.

    Budget trop serré ? Manque de temps ? Simple oubli ?

    Quoi qu'il en soit, sauf si c'est une raison de budget, il est encore temps en cette quasi mi-juillet de faire un petit quelque chose, non ?

    485762881.jpg

    bar2.gif

    Circulation

    panneau vitesse.jpgEt tant qu'on en est à faire des suggestions, que pensent nos édiles de l'idée suivante...

    Je n'invente rien, il s'agit d'une installation que j'ai vu fonctionner dans nombre de villages, à l'étranger (en Espagne) avec un franc succès.

    Notre village, comme beaucoup d'autres, est traversé par une route nationale, celle qui relie Lomprez à Halma.

    La circulation y devient de plus en plus intense, et le sera bientôt encore plus en fonction des nombreuses constructions dans toute la commune, et spécialement au centre du village sur cet axe même (chantiers Pasquasy et Gilson).

    Bien qu'une signalisation soit installée, destinée à limiter la vitesse à 50 et 30 à l'heure, nombreux sont les véhicules qui n'observent pas cette signalisation, rendant la traversée de cette artère de plus en plus dangereuse.

    Voici comment j'ai vu résoudre drastiquement ce problème du respect de la signalisation.

    8.gifA l'entrée de la zone à protéger, un feu clignotant est placé avec un panneau annonçant la vitesse limitée et cet avertissement :

    "ATTENTION ! EN CAS DE DÉPASSEMENT FEU ROUGE A 100 M"

    divers_11.gifAinsi, dès qu'un conducteur dépasse la vitesse mentionnée, 100 m plus loin il se trouve devant un feu rouge qui l'immobilisera plusieurs minutes.

    Avec ce système, je vous assure que si un conducteur déclenche le feu rouge, il se fait immédiatement rabrouer à coups de klaxon par les conducteurs qui le suivent car eux aussi restent bloqués au feu.

    Je vous assure qu'en deux jours, au moins tous les habitués respectent religieusement la signalisation.

    Jo

    bar2.gif

    4 commentaires Imprimer
  • Une brève de l'ami Jo : "De père en fils"

    job search (1).jpegIl y a quelques jours, avec un ami, "nous refaisions le monde". C'est ainsi que nous appelons nos petites discussions de café du commerce.

    Cette fois, notre discussion se dirige sur la perception des modifications radicales que chacun ressent quant à son avenir, et surtout quant à celui de ses enfants et petits-enfants.

    Pour les générations qui nous ont précédés, l'objectif spontané et pourrait-on dire ancestral des parents, était de procurer à leur progéniture une situation ou un niveau social meilleur que le leur, veillant notamment à la poursuite de bonnes études ou à l'apprentissage d'un bon métier, deux conditions qui suffisaient à garantir la sécurité d'un emploi stable et rémunérateur.

    Une fois cela assuré, ils pouvaient alors mourir tranquilles, leur devoir primordial de parents accompli.

    Mais à présent, que peuvent faire les parents pour léguer à leur descendance cette sécurité que procure la garantie d'emploi ? Rien ! Sauf à gagner à l'euro-million.

    Et il n'aura fallu que le temps d'une génération pour en arriver à cette situation.

    Si "dans le temps", la période de stress se terminait avec les derniers examens, on peut dire maintenant qu'elle se prolonge immédiatement par la recherche d'un emploi.

    Et comme il y a pléthore dans l'offre, la demande se fait de plus en plus restrictive.

    trop-vieux-trop-jeune.jpgJusqu'à trente ans vous faites partie de ceux à qui on reproche de manquer d'expérience, et une fois entré dans la quarantaine vous commencez à être taxés de dépassés, d'amortis, ou de croulants.

    Donc, de toute façon, cela ne nous laisse qu'une niche d'une bonne quinzaine d'année dans laquelle il vaut mieux se trouver.

    Vous aurez alors une chance d'être convoqué aux interminables et stressantes séances de tests de pré-engagement qui permettront à l'employeur de vous sélectionner parmi les 200 candidats qui ont répondu à leur annonce et qui, comme vous, espèrent le CDI salvateur qui ne sera pourtant en général qu'un CDD ou même un CDII (Contrat de travail à Durée Indéterminée Intermittente, oui ça existe). Sinon il pourra naviguer d'un stage à l'autre que lui propose ou lui impose l'ONEM.

    Pensions.jpgCeci dit, on remarquera quand-même que, concernant cette catégorie de quadra et de quinquas jugés aujourd'hui "obsolètes" car rattrapés par l'âge, une nouvelle loi du travail va, elle, les juger compétents et capables de travailler jusqu'à 67 ans au lieu de 65 ! ! !

    Jobar2.gif

    0 commentaire Imprimer
  • Une brève de l'ami Jo : "Souvenirs scolaires (Institut St Michel Verviers 1945)"

    1942 Ecole 1.jpgLa cérémonie solennelle de proclamation des résultats et remise des prix se passait chaque fin d'année scolaire dans la salle du cinéma Pathé, qui se trouvait juste à côté de l’institut, et dont les chers frères en étaient d’ailleurs propriétaire.

    Ce cinéma, un des plus grands de la ville, possédait un balcon et une magnifique scène, comme un théâtre, ce qui donnait à cet événement un décorum digne de celui des universités américaines comme nous l’ont montrés les films des années 50/ 60.

    Le grand jour venu, assis sur la scène trônait une brochette des hautes personnalités laïcs, régionales et une autre de personnalités religieuses.

    Sur les côtés de la scène on devinait de grandes tables sur lesquelles s’accumulaient les livres qui lors de la distribution des prix, devaient être distribués aux meilleurs élèves.

    Dans la salle, assis dans leurs fauteuils, les parents d’élèves devaient certainement être aussi stressés que nous car, jusqu’au moment d’arriver sur scène ni eux, ni nous n'avions la moindre idée quant à nos résultats, le suspense était total.

    En commençant par les plus petits, l'entrée des classes se faisait par les coulisses, classe par classe présentés par un des frères et sous les applaudissements des parents. Le spectacle commençait.

    - "Premier de la classe, avec 98,5 pour cent des points, Untel."

    lauriers.jpgCrépitement d’applaudissements et passage de l’élève devant les personnalités et les professeurs pour recevoir leurs félicitations. Ensuite, il était dirigé vers la table ad hoc pour recevoir ses prix et reprendre sa place dans le rang lourdement chargé.

    Puis deuxième, troisième etc. chacun recevant inexorablement sa numérotation, jusqu'au dernier, (trente-troisième un tel etc). y compris ceux qui devaient doubler, ce qui aussi ne manquait pas d'être annoncé sur scène.

    Faut pas demander le stress qui nous tenaillait, au fur et à mesure que les noms s’égrenaient, chacun espérant chaque fois que le suivant serait le sien ! Et je suppose qu’il en était de même pour les parents.

    Si les applaudissements crépitaient pour les quelques premiers, ils diminuaient bien sur progressivement, laissant finalement place à l’indifférence pour ceux qui défilaient et rejoignaient leur place les mains vides. Mais pourtant, tous devaient y passer!

    Mis à part pour les quelques premiers, quel horrible souvenir.

    bulletin.jpgPersonnellement, conscient de mes possibilités je ne m’attendais jamais à recevoir un prix ou l’autre, mais j'espérais tant (pour mes parents surtout) me trouver au moins dans la première moitié du classement.

    Une fois la distribution des prix terminée, nous retournions dans la cour de l’école ou nos parents pouvaient venir nous chercher. Le stress était tombé et nous n’avions plus qu’à promettre de faire mieux l’année prochaine.

    Avouez quand même que, question de pédagogie, il y avait de sérieux progrès à faire...

    Jo

    bar2.gif

    1 commentaire Imprimer
  • Une brève de l'ami Jo : "Faut-il ou non faire redoubler les 3èmes Maternelles ?"

    enfant diplomé.jpegLes avis pleuvent concernant cette question cruciale pour les intéressé(e)s et, on a pu le remarquer, les avis sont souvent différents, selon qu'ils proviennent de gauche ou de droite, avec toutefois la singularité que les deux tendances leur accorde la même cruciale importance !

    Ce qui n'est pas sans rappeler cet autre sujet touchant nos jeunes, prioritaire aussi, lui s'il en est : celui de l'âge de la majorité sexuelle à 14 ans.

    Il semble donc qu'il s'agisse là de deux questions fondamentales dont les réponses vont inexorablement influencer la vie entière des quelques générations d'étudiants.

    Et pourtant, encore une fois, dans un cas comme dans l'autre, on se dirige vers des décisions qui vont être prises sans la moindre consultation des couches de population concernées avec comme résultats prévisibles et habituels, manifs, grèves sauvages et autres (auxquelles les TEC s'associeront, par solidarité).

    De quoi s'agit-il ? Tout simplement que, sans le moindre avis des intéressés qui n'ont jamais été consultés, on ferait passer nos 3èmes maternelles obligatoirement en première primaire.

    Même pas une seconde sess ; le nivellement par le bas commence de plus en plus tôt !

    pipi au lit.jpgEn combat d'arrière garde, et pour faire parler d'eux, quelques kamikazes de la politique proposeront peut-être un examen d'entrée en primaire dans un hémicycle léthargique.  Mais Mme Milquet aura tôt fait de faire surgir le spectre du stress et des soirées de bloque. Perturbations qui, à cet âge, risqueraient à coup sur de voir se propager des épidémies d'énurésie nocturne (pipi au lit), un surcroît de travail pour le corps enseignant, sans compter les réactions des représentants de parents d'élèves qui seraient obligés, eux, d'écourter leurs vacances.

    Mais, dernière nouvelle, selon une source digne de foi, il semblerait, que le cabinet de Mme Milquet, ne serait pas opposé à une rencontre facilitée par un médiateur entre une "Madame Joëlle" et un comité d'élève de 2ème et 3ème maternelles, ceux de 2ème se sentant concernés à plus long terme.

    Les représentants de ce comité actuellement en formation, semblerait d'accord de participer à ce débat pour autant que :

    - 1° parallèlement ils obtiennent des apaisements concernant l'accord sur la présence des doudous dans la classe jusqu'en 6° primaire.

    - 2° la fixation d'un calendrier concernant l'âge de la pension pour leur génération.

    - 3°  que cette rencontre ait lieu en terrain neutre et en direct dans les studios de la RTBF un dimanche midi lors de l'émission "Mise au point" avec Alex Vizoreg et son poisson Sigmund comme médiateur.

    titeuf.gifAh oui.  Relativement aux élèves concernés par la récente proposition d'une majorité sexuelle à 14 ans !  Il semble qu'ils n'aient ni attendu, ni avaient eu besoin du vote des politiciens pour se l'auto-octroyer. Certains, depuis belle lurette !

    Comme quoi !

    Jo

    bar2.gif

    0 commentaire Imprimer
  • Une brève de l'ami Jo : Lettre ouverte à Mme Galand, Ministre de la mobilité...

    jacqueline galant.jpgChère Madame la Ministre, 

    On sait que, depuis votre arrivée à votre nouveau poste, vous avez eu quelques problèmes avec les chiffres. Et voilà que cette semaine vous nous remettez ça, vous disant interpellée par le fait que, notamment, "certaines personnes" relevant de la S.N.C.B. présentent des "notes de frais de bouche" pour des montants de 7.000 € par mois. 

    De fait, Madame, cela fait 233 € par jour à deux repas par jour, cela fait 116 € le menu ! 

    Et à ce prix là, c'est pas du Mac-Doc'est du G-Astronomique !  

    Non Madame, un tel régime n'est pas humain, tout dévouées à la cause que soient ces "certaines personnes", je pense plustôt à une autre explication. 

    Réfléchissez ! Que fait-on dans une entreprise privée quand, par exemple, un client à été déçu par un retard de livraison ou une grève La moindre des choses est de l'inviter au resto, pour faire passer la pilule, non ? 

    Etbien voilà, faisant preuve d'initiative, c'est certainement ce qu'auront choisi de faire ces "certaines personnes", attentives "à augmenter la qualité du service orienté avant tout vers le client" comme vous dites et  prêtes à tout, on le voit,  pour sauvegarder la renommée de leur "chère" S.N.C.B. et veiller à sa rentabilité. 

    1301652909.2.JPGEt comme le navetteur mécontent de la S.N.C.B. n'est pas denrée rare, ces "certaines personnes" ont vu ainsi gonfler leurs notes de frais... C.Q.F.D. 

    Car en comptant à la grosse louche, deux  invitations par jour (dîner  avec l'un, souper avec un autre), soit  6repas par moiet à deux personnes,  car il faut bien que ces "certaines personnes" se nourrissent aussi, non ?), eh bien, ça fait finalement 58 euros le menu, sans compter le pourboire ! 

    Qu'on discute sur ces 58 euros d'accord, c'est peut-être un peu beaucoup pour un navetteur habitué à manger ses tartines à midi, mais par contre quelle image positive pour la S.N.C.B. dont l'indice de satisfaction va enfin pouvoir remonter dans les sondages. 

    Et de plus, ce ne sont plus de frais de bouche dont il s'agit, ça devient de la pub, donc entièrement déductible. 

    ausland_sncb-93403.pngAutre chose, Madame : vous n'êtes pas sans savoir qu'une société, qu'elle  soit privée ou publique, à généralement pour but la croissance, tant celle de son chiffre d'affaire que celle de sa rentabilité et celle sa clientèle.  Cela passe souvent par la recherche de nouveaux marchés. 

    A ce propos un article du Soir de ce dernier lundi à attiré mon attention.

    Savez-vous combien va dépenser en transport l'équipe de nos diable Rouges pour se rendre à Paris prochainement ? 21.000 euros ! 

    N'auriez-vous pas quelque chose de meilleur marché à leur proposer ? Même en première classe, avec un tarif de groupe, ça doit être possible non ? Ou avez-vous peur qu'ils arrivent en retard pour le match ? 

    autocar.jpgVous devriez faire une offre à la fédération, mais attention car dans le domaine des transportsl'autocar est une sérieuse concurrence. J'ai trouvé par Googleune offre à 22 euros par personne, aller retour, soit pour une délégation d'une cinquantaine de personnes un petit 1.100 euros. 

    A vous de voir.

    Jo

    bar2.gif

    0 commentaire Imprimer
  • Une brève de l'ami Jo : "Une bien piquante"...

    fromage_de_herve.jpgSelon l'A.F.S.C.A., le fromage de Herve devrait être retiré de la circulation. On y aurait détecté des "traces" de listeria !  

    Et que, selon les médias qui se sont emparés de la nouvelle, la listeria peut provoquer des affections, qui peuvent aller jusqu'à provoquer la mort ! (on peut aussi mourir d'un mauvais rhume!). 

    Donc voilà notre bon Fromage de Herve transformé en arme létale!

    Sauf que de mémoire de fromager, on n'a jamais entendu parler du moindre cas de personnes ayant subi la moindre indisposition (sinon olfactive éventuellement...), après avoir consommé, ou plutôt dégusté cette spécialité. Spécialité dont la recette et la fabrication remonte au XIIème siècle de notre ère.  

    Et si au cours des siècles la région a du subir plus d'une fois, les affres de la peste et du choléra, jamais on n'en a rejeté la responsabilité sur ce petit joyau du terroir local. 

    Il aura fallu attendre l'an 2015 pour se rendre compte que notre fromage de Herve est impropre à la consommation humaine et qu'au nom de la sacro-sainte sécurité alimentaireet dans le but d'arriver au risque zéroon en arrive à vouloir interdire la fabrication d'un produit qui a traversé les temps sans le moindre problème 

    danger nucléaire.jpgComparaison n'est pas raison, mais si l'on veut parler de risques, que dire alors de la façon dont est traité le dossier de nos centrales nucléaires, micro-fissurées de haut en bas, et dont on tente à tous prix d'imposer la remise en fonctionnement !  

    Dans ce cas, pourtant, ce n'est pas d'une hypothétique indisposition que l'on parle. Tchernobyl et Fukushima sont encore dans toutes les mémoires.    

    wellin,commune,brève,ami,jo,simar,fromage,herve,listeria,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,province,philippe,alexandreMais surtout, il faudrait aussi que nos dirigeants européens, tellement regardant, nous expliquent pourquoi ils feraient interdire la commercialisation  d'un produit qui n'a jamais été suspecté d'avoir provoqué le moindre mal de tête alors que d'autres, dont il est prouvés qu'ils sont la causes de millions de décès continue à être vendus impunément.  Comme le tabac par exemple...

    Jo

    bar2.gif

    fromage herve banner.jpg

    0 commentaire Imprimer
  • Une brève de l'ami Jo : "Le Pouvoir et l'Opposition"...

    wellin,commune,brève,ami,jo,simar,majorité,opposition,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,province,philippe,alexandreJe me suis souvent demandé…

    Il suffit qu'un chanteur nous quitte, pour que ses chansons nous reviennent immédiatement en mémoire.

    Ce fut le cas pour moi lors du récent décès de Richard Anthony, notamment concernant bien sûr l'une de ses chansons les plus connues, "Quand j'entends siffler le train" mais aussi et surtout peut-être, pour une autre de ses plus belles, "Je me suis souvent demandé".

    Une phrase certainement formulée plus d'une fois par chacun d'entre-nous, au cours de sa vie, au sujet d'attitudes, de circonstances, ou de situations qui tant de fois, eurent le don de nous laisser perplexe.

    Richard Antony en tous cas, a très bien su choisir, lui, celles auxquelles, comme il le dit si bien en fin de couplet, "On devrait pourtant y penser".

    wellin,commune,brève,ami,jo,simar,majorité,opposition,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,province,philippe,alexandreLors de telles interrogations, moi par exemple, je me suis souvent demandé pourquoi, en politique, les gens qui n'avaient pas gagné les élections, entraient d'office "en opposition".

    En politique, on entre en opposition comme d'autres entrent en religion, (avec toutefois l'espérance d'en sortir au plus vite) !

    On devient donc "opposant" avant même que le parti gagnant n'ait proposé quoi que ce soit.

    Quant on est dans l'opposition c'est pour s'opposer, non ? Donc, dés le départ, on s'oppose ! Point-barre.

    Pourtant, si bien sûr, les programmes proposés par les différents partis varient, d'un à l'autre, ils sont rarement diamétralement opposés, surtout dans nos communes où gauche et droite font souvent bon ménage dans les diverses équipes.

    C'est pourquoi je me demande si vraiment on ne pourrait pas étiqueter, le ou les partis qui ne sont pas au pouvoir, d'une autre appellation que celle d'opposition ?

    Ce ne sont pourtant pas les possibilités qu'offre la langue française qui manquent.

    wellin,commune,brève,ami,jo,simar,majorité,opposition,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,province,philippe,alexandrePourquoi ne pas plutôt envisager des termes comme "participants", "collaborant" ou même "coopérant" ? Ou tout autre mot qui ne soit pas celui, si laid, d'opposition ; ce mot qui dit trop bien ce qu'il veut dire et ne laisse définitivement aucune place à la coopération, la collaboration ou la participation, expressions qui pourtant sont, ou devrait être, de mise entre personnes dont le but est finalement le même, la bonne gestion de l'entité.

    Bon, maintenant, pour dire vrai, il m'étonnerait quand même qu'une telle proposition soit prise au sérieux. Mais pourtant, vraiment, je continue à croire qu'elle ne pourrait qu'être bénéfique et à l'origine d'une meilleure cordialité entre les différents groupes, ce qui ne pourrait être que profit pour le citoyen.

    Et comme le dit si bien Richard Anthony à la fin de ses couplets…"On devrait pourtant y penser".

    Jo

    bar2.gif

    1 commentaire Imprimer
  • Une brève de l'ami Jo : "Gilson, PCA, etc..."

    NDLR : cette brève m'a été transmise par "l'ami Jo" il y a une dizaine de jours, bien avant la diffusion du reportage de TV Lux et des diverses réactions qu'il a suscité.  Cette brève veut mettre en lumière une autre perspective sur ce sujet, du point de vue des riverains et de la transparence de ce dossier...

    bar2.gif

    1934179477.JPGMes petites chroniques dominicales n'ont pas comme propos la critique ou le jugement des problèmes relatifs aux décisions communales.

    Même si en son temps, je l'ai fait, mais cette fois à titre personnel.

    Cependant, concernant ce projet Gilson, il se fait que je suis régulièrement "consulté" par des personnes qui sont concernées.  Pourquoi moi ?

    Parce que, comme dis plus haut, en son temps et avec un groupe de wellinois, je me suis opposé à un autre projet, immobilier : l'implantation d'un lotissement au lieu dit Inzery, et il semble que je sois celui qui est resté dans les mémoires en tant que figure de cette opposition (cliquez ici).

    Et c'est sans doute la raison pour laquelle on me contacte aujourd'hui, tant pour me demander des conseils à ce sujet, que pour me proposer de me rallier au groupement formé "pour lutter contre un P.C.A. qu'envisage de réaliser la commune".

    1454004435.PNGPersonnellement je ne vois aucune raison de contester un document avant qu'il n'existe!

    Mais, le succès de cette pétition et ces divers contacts que j'évoque ci-dessus, démontrent une inquiétude permanente et persistante à ce sujet de la part des riverains (cliquez ici).

    Suite à ces contacts, je me rends compte que les principales causes de leur appréhension peuvent se résumer aux points suivants :

    1° - une densification de population trop importante qui ne correspond pas au caractère rural de notre village;

    2° - la peur d'expropriations;

    3° - le risque de disparition d'espace verts.

    - J'y ajouterais personnellement le problème des égouts toujours d'actualité (cliquez ici).

    2346317860.JPGDans ce genre de circonstances où le silence laisse la place à toutes sortes de présomptions, je crois qu'il ne serait pas déraisonnable que l'administration fasse connaitre son point de vue, tout au moins au sujet des points ci-dessus, et, régulièrement, de l'avancement des formalités relatives au projet.

    Pour ce qui est des expropriations, je peux confirmer que lors d'un entretien privé au sujet du projet Gilson avec notre maïeure, Madame Bughin, celle-ci m'a assuré, qu'il n'y aurait aucune expropriation dans le périmètre visé par le PCA (cliquez ici).

    Jo

    bar2.gif

    0 commentaire Imprimer
  • Une brève de l'ami Jo : "Barakisation"...

    wellin,brève,ami,jo,simar,commune,baraki,vivacité,charleroi,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,province,commune,philippe,alexandreSuite à une baisse d'audience, "Vivacité Charleroi" a remonté les bretelles de ses journalistes arguant qu'ils devaient employer un langage d'un niveau moins élevé, argumentant qu'avec les "barakis", il fallait employer un langage barakis. !

    Et tant pis pour les autres !

    Si ça n'est pas du nivellement par le bas ! Difficile de faire mieux.

    Déjà, il y a peu, on avait été les témoins d'un tel comportement.

    Etant donné que l'on assistait à la baisse du nombre d'élèves qui réussissaient leurs examens de passage, le ministère de l'enseignement décidait de ramener de 12 à 10 la cotte minimum, pour passer d'un niveau à un autre supérieur.

    Qui peut croire que ce genre de décision va faire diminuer le nombre de "barakis" incapables de comprendre un langage radiophonique de niveau normal car je ne crois pas qu'il existe une de nos radios qui userait d'un langage à un tel point châtié qu'il en serait incompréhensible à l'écouteur lambda.

    wellin,brève,ami,jo,simar,commune,baraki,vivacité,charleroi,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,province,philippe,alexandreA propos du niveau de connaissance du langage, je me rappelle que lors de ma troisième primaire, notre professeur le Frère Michel Marie, avait mis au point un système destiné à nous intéresser et à améliorer notre vocabulaire.

    Au début de l'année, notre cher frère nous avait expliqué que plus notre vocabulaire serait étendu, plus nous aurions de chance plus tard de bien gagner notre vie.

    Et qu'à notre âge, nous ne connaissions encore que plus ou moins 400 à 500 mots d'une langue qui en comportait pourtant des dizaines de milliers d'autres.

    Pour étendre nos connaissances, il nous conseillait bien sur de lire, mais aussi, deux fois par semaine, nous devions venir à l'école, chacun avec un mot que nous avions trouvé dans un livre ou dans un dictionnaire et dont nous ne connaissions pas, ou mal, la signification.

    Le frère les écrivait alors au tableau, demandant à la classe, qui en connaissait éventuellement la signification. Ceci, avant de là donner lui-même accompagnée de l'un ou l'autre synonyme.

    wellin,brève,ami,jo,simar,commune,baraki,vivacité,charleroi,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,province,philippe,alexandreDans tous ces mots que nous avions apportés, il en choisissait alors deux ou trois qui devenait les "mots de la semaine" que nous devions tâcher d'employer au cours de nos conversations et pour le lendemain, nous devions présenter une petite rédaction dans laquelle intervenaient les mots en question. S'en était devenu un jeu et donc une bonne façon d'apprendre.

    Une preuve que ce système était valable est que je me rappelle encore d'une rédaction dans laquelle devait intervenir les mots échenilloir et protubérance.

    Jo

    bar2.gif

    0 commentaire Imprimer