La commune de Wellin fête ses couples jubilaires...

SAM_0622.JPGSamedi après-midi, la Commune et le C.P.A.S. ont fêté les jubilaires de l'entité et leurs familles ou amis proches. Sur 12 couples jubilaires, neuf ont accepté l’invitation ou ont pu être présents. Les autres recevront leurs cadeaux lors de la visite du Collège Communal à leur domicile.  Deux des neuf couples présents célébraient leurs noces de brillant (65 ans), deux autres leurs noces de diamant (60 ans), les 5 autres fêtaient leurs noces d’or (50 ans).  

bar2.gif

ballons_noces_or.3.jpgLe Collège Communal a donc remis, au nom de la Commune et du C.P.A.S, les cadeaux et les fleurs d'usage aux couples concernés. Une copie de leur acte de mariage ainsi qu'une lettre de félicitations du Palais Royal et quelques chèques-valeurs.  Thérèse Mahy et Benoît Closson ont conté l'histoire de leurs rencontres et/ou une anecdote pour chaque couple avant de les féliciter.  Vous trouverez ci-dessous les textes pour chaque couple ainsi que leurs photos entourés du Collège Communal.

L'après-midi s'est poursuivi dans la joie et la bonne humeur autour d'un goûter avec une animation musicale du groupe « Les Sketeus d'Arguedenes ».

SAM_0625.JPG

Signalons enfin que cette fête a été organisée par Madame Dominique Deprez, responsable de la Maison d’Accueil Communautaire des Aînés et coordinatrice du Conseil Communal Consultatif des Aînés, dont les membres sont venus bénévolement prêter main forte pour la réussite de cette après-midi festive.

bar2.gif

L'album-photos : cliquez ici

bar2.gif

Pour découvrir les couples présents et le mot du bourgmestre et de la Présidente du CPAS à chacun d'eux, cliquez sur "lire la suite" ci-dessous !

Les noces de brillant (65 ans de mariage)

Monsieur et Madame Jamotte-BorcySAM_0574.JPG

Madame et Monsieur Jamotte sont deux figures bien connues de notre commune, du village de Chanly et surtout de la maison de repos du « Val des Seniors ». Car depuis toujours, ils n’ont pas ménagé leurs efforts et ils ont consacré du temps au service des autres.

Ce sont les kermesses de village qui ont permis leur rencontre. Zoé et Joseph, dans leurs beaux atours, arpentaient chacune des kermesses en vélo et ne rataient aucun thé dansant.

C’est au 15 août à Resteigne en l’année 1949 que Cupidon a lancé sa flèche ! Depuis lors, plus jamais ils ne se sont quittés. Leur union a été célébrée le 25 mai 1954. Fabienne est leur fille et Caroline leur petite-fille. Un arrière-petit-enfant est attendu pour janvier 2020.

Quand vous ouvrez la grille de la cour de Zoé et Joseph, un parfum de roses vous chatouille le nez. Car même si Joseph a été contremaître dans une scierie à Vonêche, il consacrait et consacre encore du temps pour cultiver les fleurs et son jardin. Le couple n’épargne pas non plus ses efforts pour se rendre au Val des Séniors et se mobilise pour aider les personnes âgées. Chaque dimanche, Joseph conduit les moins valides à la messe.

Chaque jeudi depuis 25 ans, le couple organise des animations comme des jeux de cartes avec les personnes âgées. Ils ont aussi le sens de l’organisation et avec d’autres, ils organisent de grands voyages pour les Wellinois. Nous souhaitons que les années qui viennent leur apportent la douceur de vivre et surtout un repos bien mérité.

bar2.gif

Monsieur et Madame Mathieu-GillesSAM_0583.JPG

Gaston est né à Froidlieu le 4 février 1931 dans la maison familiale où il réside toujours aujourd’hui avec Marie-Thérèse.

Figurez-vous que ces rencontres avec nos aînés sont vraiment intéressantes : j’ai appris que ma grand-mère paternelle était la cousine du papa de Gaston. Cher Gaston, je suis vraiment heureux de faire partie de ta famille.

Gaston a été cultivateur toute sa vie, c’était une petite ferme pour laquelle il a donné tout son temps. Il n’est pratiquement jamais parti en vacances, sauf une fois à Lourdes et une autre fois pour aller se recueillir sur la tombe du Général de Gaulle. Une fois par an, il aimait aller au restaurant avec sa cousine qui avait épousé un pharmacien à Liège.

Aujourd’hui, Gaston apprécie particulièrement l’apéro du dimanche en compagnie de son épouse et de sa fille Monique. Il ne veut pas rater le petit verre de pastis ou de porto.

Marie-Thérèse est née le 29 décembre 1928 à Sart-Custine.

Elle a travaillé à la ferme avec son mari et s’est occupé des enfants. Elle a aussi travaillé pour un vétérinaire de Gedinne.

Marie-Thérèse et Gaston se sont rencontré au bal du 11 novembre 1951. Ils ne s’étaient jamais vus, c’est une rencontre par pur hasard. C’est Gaston qui a invité Marie-Thérèse pour la première danse.

Ils se sont mariés le 18 septembre 1954 et ont donné 2 enfants.

bar2.gif

Les noces de diamant (60 ans de mariage)

Monsieur et Madame Wathelet-AntoineSAM_0588.JPG

Jules et Renée sont des actifs.

Renée habitait à la boucherie de Lomprez et, dès 14 ans, elle entre dans la vie active. A 16 ans, elle quitte Lomprez pour se rendre dans une famille aisée de Bruxelles où elle devient dame de compagnie tout en assurant les tâches ménagères.

Jules habite Wellin, mais Bruxelles devient aussi sa seconde résidence puisqu’il s’y rend pour exécuter son service militaire (15 mois, dont 5 à Tervuren). Ensuite, Jules s’engage à la poste. C’est à ce moment que leur histoire d’amour commence. Tous deux impatients de vivre ensemble, ils vont avancer la date de leur mariage.

Ils se marient le 7 février 1959 et de leur union naissent deux garçons – Johnny et Tony – et quatre petits-enfants. Jules est un excellent facteur, mais les tournées se terminent tôt et donc, il effectue d’autres travaux comme l’élagage des sapins, la réparation de mécaniques, …

Mais c’était sans savoir qu’à l’âge de 14 ans, leur fils aîné se mettrait à faire du vélo, jusqu’à en faire de la compétition. Les parents accompagnent donc le premier fils et ensuite le second tous les week-ends à travers la province et bien au-delà ! Sans oublier tous les circuits d’entraînement où Jules suivait ses fils en vélomoteur. Que de temps et d’énergie consacrés au vélo !

Mais jamais ils n’ont regretté tout ce temps consacré à leurs fils et à leur passion. Jules a même aidé son fils au magasin pour effectuer les réparations aux vélos.

Jules et Renée sont des actifs et après le vélo, ce fut la marche. Ils ont même été à pied jusque Saint-Hubert. Ils ont aussi porté les petits journaux. Une vie très active, remplie de créativité.

Ils n’ont plus vingt ans

Pas tout à fait cent ans

Mais quel parcours.

Ils n’ont plus vingt ans

Pas tout à fait cent ans

Ces deux-là Ils iront loin … et pour longtemps.

bar2.gif

Monsieur et Madame Petit-PierardSAM_0593.JPG

« C’est une maison bleue adossée à la colline. On y vient à pied. On ne frappe pas. Ceux qui vivent là ont jeté la clef. »

C’est Maxime Leforestier, chanteur que vous avez bien connu, qui nous fait cette confidence.

Marie-Thérèse et Gérard nous viennent de Gosselies et de Courcelles et ont découvert notre région en visitant une tante qui habitait Wellin. Une première rencontre a eu lieu lorsqu’ils étaient à l’école. Marie-Thérèse était alors âgée de douze ans. Ils se croisaient sur le trottoir, et Marie-Thérèse trouvait Gérard beau, mais un peu fier… (disait son amie).

Tous deux ont fait des études pour devenir institutrice et professeur de langues. Durant tout ce temps, leurs rencontres se faisaient à la sauvette, jusqu’au jour où une lettre de déclaration d’amour et de demande de fiançailles parvint à Marie-Thérèse. Le pas était franchi. Les choses se clarifiaient, mais pas pour tout le monde : le papa n’arrivait pas à lâcher prise et surveillait leur union jusqu’à se dissimuler à la dernière rangée de la salle de cinéma pour aller voir le même film qu’eux.

Marie-Thérèse et Gérard se marient le 4 juillet 1959. De leur union vont naître deux filles : Bénédicte et Nathalie et deux petits-enfants : Sacha et Clara.

Un couple heureux, uni et sans histoire comme ils aiment à le dire. Passionnés tous les deux de voyages, ils parcourent la terre entière en faisant des petites haltes à Paris, là où habite leur fille. Mais leur secret pour rester jeunes et heureux, ce sont les petits-enfants qui les motivent à découvrir avec eux les merveilles de la vie et du monde, la générosité pour les autres, ainsi que l’amitié et la beauté.

bar2.gif

Les noces d'or (50 ans de mariage)

Monsieur et Madame Graindorge-BoisdenghienSAM_0601.JPG

Daniel est né à Halma le 10 novembre 1945.

Après des études primaires qu’il avoue avoir été laborieuse, il a eu un déclic et est entré à l’école agricole agronome où il a eu un beau parcours et est devenu le premier de classe.

Diplôme en main, il a été engagé à l’Office du lait où il est resté toute sa carrière professionnelle. D’abord dans les bureaux de Gembloux et ensuite à Libramont.

Durant sa jeunesse, Daniel a été très actif dans les associations locales, le Comité des fêtes de Halma, les Cracks de Wellin.

Il appréciait beaucoup le vélo et le jardinage. Il a même eu quelques vaches.

Aujourd’hui, avec Nadine, ils partent très régulièrement en camping-car.

Nadine est née le 2 mars 1948 à Gembloux.

Elle a travaillé comme vendeuse chez Unic à Gembloux, ensuite chez Pasquasy et au Colruyt. Elle a été aide-comptable chez le Notaire Coureaux.

Tout comme Daniel, Nadine a été très active dans les associations locales : comité des fêtes de Halma, amicale de l’école de Halma, Compagnons de Wandalino, club de football féminin de Pondrôme, club de gymnastique, Cracks de Wellin.

Elle adore faire la cuisine et, à voir la corpulence de son mari, elle est très douée…

Daniel et Nadine se sont rencontré à Gembloux, alors que Daniel était en pause. Nadine promenait son chien derrière l’Office du lait et Daniel qui passait par là aussi par hasard, a sifflé le chien de Nadine, mais… c’est Nadine qui s’est retournée. Daniel, très entreprenant, a invité la jeune fille au cinéma… Mais il n’y avait pas de cinéma à Gembloux. Les jeunes se sont alors retrouvés chez les parents de Nadine pour l’apéritif. Ainsi naissait une belle histoire d’amour.

Daniel et Nadine se sont mariés le 11 avril 1969. Il faut encore que je vous révèle une confidence… La nuit de noce, le chien de Nadine, qui s’appelait kiki, oui ça ne s’invente pas… et Bien notre kiki s’est interposé entre les jeunes mariés et Daniel a dû rester à sa place, sans pouvoir approcher sa belle épouse… Mais depuis lors, rassurez-vous, Daniel a maîtrisé kiki et les amoureux ont donné naissance à 2 enfants et ils ont maintenant 2 petits-enfants.

bar2.gif

Monsieur et Madame Rossion-MarchalSAM_0606.JPG

Depuis la nuit des temps, on connaît Hubert Rossion pour sa passion de la mécanique et des voitures. Rien ne lui échappe dans le labyrinthe de la vie secrète des machines et des voitures. Hubert est bien souvent appelé au secours dans les exploitations agricoles.

Il est reconnu dans tous les villages de la région pour celui qui répare, soigne les machines éreintées par le travail dur de la ferme. Et c’est en se rendant effectuer une réparation à la ferme Marchal qu’il va rencontrer pour la première fois Nicole. Hubert fait partie d’une bande de copains qui sillonne les kermesses de village. Sa moto, un soir de kermesse, s’arrête à Barzin, sur la place du bâti, là où on danse.

Nicole se laisse emporter par on ne sait quelle douce musique et leur histoire d’amour prend un coup d’accélérateur.

De leur union le 19 avril 1969 naquirent 4 enfants et 5 petits-enfants de 10 à 20 ans aujourd’hui. Hubert était un bourreau de travail et il lui arrivait souvent de faire des doubles journées pendant que son épouse remplissait toutes les tâches ménagères et familiales. Hubert et son épouse mettaient un point d’honneur à offrir à leurs enfants de belles vacances familiales, d’abord en caravane et ensuite avec un mobilhome qu’il bichonne et lustre comme une Cadillac encore aujourd’hui.

Chacun de leur voyage est préparé avec minutie par Hubert qui connaît tous les coins et recoins de la France. Leurs enfants témoignent encore aujourd’hui de ces souvenirs de vacances avec des anecdotes qu’ils gardent précieusement dans la malle aux souvenirs.

Une famille unie, sans histoire, et impliquée dans la vie sociale, comme vous aimiez à le dire, dont le film s’écoule comme un long fleuve tranquille. Sans doute… y êtes-vous pour quelque chose !

bar2.gif

Monsieur et Madame Fontaine-PireSAM_0609.JPG

Josiane était jeune, jolie et travailleuse. Michel était travailleur, créatif et entreprenant.

C’est au magasin Delhaize à Andenne que, dans le cadre de leur travail, leurs deux cœurs ont battu plus vite que de raison. Leurs chemins se croisent et ne font plus qu’un pour unir leur destinée le 16 juillet 1969.

De leur union vont naître deux garçons et ensuite quatre petits-enfants et un arrière-petit-fils : Mathéo.

Leurs goûts communs pour la cuisine et la convivialité vont les amener à se lancer dans une nouvelle aventure. Ils s’engagent tous deux dans le service traiteur au château Saint-Roch à Ciney et ensuite à la Citadelle de Namur à Terra Nova.

La cuisine n’a plus de secret pour eux. Et la petite famille en profite, car la table est toujours prête et bien garnie pour qui entre chez les Fontaine.

Monsieur est un chef-coq hors pair et madame ajoute la note de délicatesse et de raffinement aux mets préparés par monsieur, sous l’œil malicieux des chats. Le repas de famille, c’est sacré. Longue vie à votre couple si chaleureux, uni, attentionné et dévoué pour les autres.

bar2.gif

Monsieur et Madame Kieboooms-SchmetzSAM_0612.JPG

Jacques est né à Grivegnée le 22 septembre 1945 dans la maison familiale. Puisque nous sommes entre nous, je profite pour rappeler à la famille que c’est demain son anniversaire, ne l’oubliez pas…

Il a poursuivi avec fruit des études d’Ingénieur civil en électromécanique à l’Université de Liège. Ensuite, il a suivi son service militaire à Vilvorde puis à Liège. Il y a notamment appris à commander les hommes, ce qui lui a servi par la suite dans sa vie professionnelle.

Jacques a travaillé dès 1970 pour la RTT – mieux connu aujourd’hui sous la dénomination Proximus. En 1972, il est devenu chef de la Station RTT Lessives que nous connaissons tous. Il est resté à ce poste jusque sa pension.

Gérardine est née le 5 juillet 1944 à Liège.

Après avoir réussi un régendat en art plastique, elle a enseigné, d’abord à Spa, ensuite à Marloie.

Ses hobbys sont la lecture, la broderie et, m’a-t-elle confié, l’apéro avec son mari, mais presque toujours avec modération.

Jaques et Gérardine se sont rencontré au bal de la Saint-Sylvestre à Grivegnée en 1966. Ils ne se connaissaient pas. Monsieur m’a affirmé qu’il avait invité Gérardine à danser et qu’il était un bon danseur. Mais Madame m’a dit, quant à elle, que pour la valse, Jacques, c’était un désastre… Même après 50 ans, il faut parfois se mettre d’accord…

C’est ainsi que, il y a quelques années, alors que les GSM n’existaient pas encore, le couple s’est perdu dans la gare d’Athènes, chacun tournant désespérément pour retrouver son conjoint dans l’immense foule. Après une heure de stress, ils ont fini par se retrouver. Une histoire qui finit bien.

Jaques et Gérardine ont donné naissance à 3 enfants. Aujourd’hui, ils ont 6 petits enfants.

bar2.gif

Monsieur et Madame Dambly-NeerinckSAM_0616.JPG

Michel est né à Halma le 23 août 1946.

Il est toujours resté à Halma où ses parents étaient agriculteurs. A 18 ans, il a d’abord travaillé comme aidant pour ses parents. Ensuite, après son mariage en 1969, il a repris la ferme familiale. Ils se sont spécialisés dans l’élevage du BBB

Aujourd’hui, il aide son fils qui a repris l’exploitation.

Agnés est née le 26 mai 1948 à Courtrai.

Lors de son enfance, la ferme de son papa à Courtrai a été expropriée pour la construction d’une autoroute.  La famille s’est alors installée à Michamps, près de Bastogne et ensuite à Tellin.

C’est ainsi que notre jeune flamande et notre jeune wallon se sont rencontré, tout à fait par hasard, au bal à Halma. Ils se sont mariés environ 1 an et demi plus tard. Ce jour-là, enfin, cette nuit-là devrais-je dire, alors que la soirée se terminait, sur le chemin du retour, ils ont été poursuivis par certains invités un peu imbibés qui voulaient leur faire une blague. Ils se sont alors cachés dans le fenil, sur les denrées, Agnès toujours dans sa robe blanche de mariée… La suite de l’histoire, Michel et Agnès n’ont pas voulu me la raconter…

Michel et Agnès ont donné naissance à 2 enfants.

bar2.gif

0 commentaire Imprimer

Écrire un commentaire

Optionnel