Wellin : Compte-rendu du conseil communal du 19 mars 2019 - Plan de cohésion sociale, rapport 2018.

Le conseil communal qui a eu lieu ce mardi 19 mars comportait 15 points en séance publique et 2 à huis-clos. Le point le plus important de la soirée était la présentation du rapport pour l’année 2018 du plan de cohésion sociale, ou PCS, par Mme Thérèse Mahy, présidente du CPAS. Malgré la participation constructive de l’opposition, ce conseil a également été le foyer d’une querelle entre Mr Bruno Meunier et Mr Benoît Closson.

bar2.gif

Cliquez sur "lire la suite" - Vidéo de la  séance en fin d'article

Le conseil s’ouvre avec une demande particulière de la part du Bourgmestre Benoît Closson, qui propose aux différents élus d’accepter de recevoir les convocations et procès verbaux des séances par voie électronique, procédé qui avait été voté lors du précédent conseil communal. Cinq personnes se sont montrées intéressées par cette initiative plus verte, qui permet d’éviter d’envoyer trop de paperasse par la poste.

Les 2 premiers points à l’ordre du jour concernaient l’approbation des comptes 2018 pour la fabrique d'Église de Lomprez et de Sohier. Pour la fabrique de Lomprez, après adaptation des remarques du directeur financier, nous avons une intervention communale ordinaire de 7.082,37 € et un résultat comptable de 2.177,22 €. Pour la fabrique de Sohier, nous avons une participation communale de 7.212,46 € et un résultat comptable largement bénéficiaire de 18.100,36 €.

Le conseil prend alors acte de l’approbation de la tutelle concernant la nouvelle taxe d’exploitation des carrières, qui pour rappel est une taxe directe et complémentaire sur l’exploitation, dont le montant est fixé à 20.000 €.

Mme Annick Mahin prend alors la parole pour proposer d’adhérer au marché portant sur l’accord cadre de fournitures de livres et autres ressources du Ministères de la communauté française. En d’autres mots, il existe un marché public, sous forme de centrale d’achats qui porte sur la fourniture de livres et d’autres ressources, pour les services de l’administration, les bibliothèques publiques et les écoles communales. Il est donc possible de recourir à cette centrale d’achat sans aucune charge financière ni obligation d’y recourir, à condition d’y adhérer. Cette proposition est acceptée à l’unanimité.

Le cinquième point à l’ordre du jour traite de la délégation de la gestion du Plan de Cohésion Sociale au CPAS. Mr Bruno Meunier prend alors la parole pour savoir si cette délégation implique bien le fait que le CPAS est redevable de travailler en concertation avec le conseil et doit présenter des rapports sous forme de comptes rendus annuels. Mme Mahy répond que c’est évidemment l’intention du CPAS, à commencer par le compte rendu pour l’année précédente prévu au point suivant de l’ordre du jour. Mr Meunier propose alors d’acter ceci dans la convention de délégation, ce qui est accepté par le collège.

S’ensuit la présentation dudit rapport par Mme Thérèse Mahy, dont le contenu peut être retrouvé en cliquant ici. Dans ce rapport on retrouve les différentes activités qui ont eu lieu durant l’année dernière, fruit d’une collaboration entre bénévoles, associations et CPAS, qui s’inscrivent dans le plan de cohésion sociale, et se basent sur 3 axes (1 + 2):

  • L’insertion socioprofessionnelle: Collaboration avec D.E.F.I.T.S., collaboration avec des stagiaires, buanderie sociale à Chanly, été solidaire,...
  • La santé et le tissage de liens sociaux et intergénérationnels et interculturels: Jardin communautaires, réhabilitation d’un verger, cuisine communautaire, atelier tricot, la MACA, l’EPN,  le conseil consultatif des aînés, la donnerie,...

Selon une étude présentée par Mme Mahy, les 3 points qui font défaut à Wellin dans le Plan de Cohésion Sociale sont l’accès à la santé, la mobilité et le revenu. Ce seront selon les elle les priorités d’évolution à l’horizon 2020-2025.

Mr Brunon Meunier prend alors la parole pour donner l’avis de son groupe sur ce rapport 2018. Il commence en remerciant la majorité d’avoir pour intention de poursuivre le travail qui a été effectué jusqu’à maintenant, et pose ensuite une série de questions à propos de ce rapport. Il se demande si les conseillers CPAS ont été mis au courant toutes les perspectives d’avenir énoncées, ce à quoi Mme Mahy répond qu’il le seront lorsque ce rapport aura été voté. Il demande aussi si les problèmes organisationnels avec D.E.F.I.T.S. dans l’organisation de la buanderie sont toujours là. Mme Mahy explique qu’il y a eu un recadrage entre la direction et le personnel et que tout devrait rentrer dans l’ordre. Il note une coquille dans le texte où l’on cite 2 personnes dans les perspectives environnementales qui ne font plus partie de la commune. Comme lors de la déclaration de politique générale, il déplore les tournures conditionnelles de phrases telles que “Possibilités de stages”, “la crèche pourrait”, … Mme Mahy répond que ce sont des objectifs dont la faisabilité doit être étudiée, mais que il y a une réelle volonté de tous les réaliser. Il demande alors quelles sont les idées préliminaires concernant la semaine de la santé. La présidente explique alors qu’il y aura une thématique globale chaque année, dont la première serait l’alimentation. Des partenariats avec des médecins, des écoles et des organisations sportives sont prévus pour aller sensibiliser les citoyens sur ces thématiques. Concernant la cuisine communautaire, il demande ce qui implique ces “nouvelles collaborations”. Mme Mahy répond qu’il y a une volonté de continuer les stages avec l’ATL, et que de nouvelles idées vont être envisagées. Il demande ensuite pourquoi l’on parle des “Toqués de la Casserole” du Clairval de Pondrôme, situé dans la commune de Beauraing. Mme Mahy répond alors qu’ils ont laissé la liberté aux différents organisateurs de proposer des idées, et que c’est une idée qui a été émise, et donc sera réfléchie. Il passe ensuite sur l’organisation autour de la MACA. Il remarque que l’on parle d’un seul véhicule des titres services alors qu’il y en aurait 2, depuis la législature précédente. Il explique ensuite que c’est un service supplémentaire étant donné que la MACA n’avait pas été prévue pour ça et demande quelle a été la réflexion autour de ça. Mme Mahy répond à nouveau ce sont des idées émises par le le comité d’accompagnement, qui figurent donc de facto dans ce rapport, et qu’il faut encore y réfléchir. Il revient sur la proposition d’engager un animateur à 2500 €, en estimant que cette rémunération est dérisoire. Mme Mahy répond que que la proposition d’engagement concerne des actions ponctuelles, d’où le petits montants. Mme Mahin reformule le point en expliquant que l’on confond 2 projets différents. Mr Meunier embraye alors sur la donnerie, pour laquelle on parle de fournir un local plus grand, avec accès PNR, en demandant où l’on compte le réaliser. Mme Mahy répond alors que ce sont les souhaits de la donnerie, et qu’il faut encore réfléchir à ce qu’il est possible de faire. Mr Closson, visiblement excédé par la pléthore de commentaires et demandes d’explications de Mr Meunier, prend alors la parole en reprochant à l’opposition de demander des explications et perspectives concrètes sur des problèmes qui ne sont pas nouveaux, et pour lesquels aucune solution n’a jamais été apportées. Il explique que Mr Meunier était encore dans le collège il y a seulement trois mois, et demande qu’on laisse le temps à la majorité actuelle d’analyser les différentes perspectives proposées dans l’optique de les concrétiser sereinement au lieu de demander de révolutionner des problématiques qui ne sont pas neuves dans un rapport d’activités. Mr Meunier prend alors la mouche en clamant que l’on veut l'empêcher de poser des questions et en profite pour remarquer qu’on ne parle nulle part de l’épicerie sociale qui figurait dans le programme électoral de la majorité, ce à quoi Mme Mahy répond que c’est un projet pour l’année 2020, et qu’il n’y a donc pas de sens à en parler dans un rapport d’activités pour l’année 2018. Au terme de ce temps de questions/réponses, le conseil prend acte et approuve le rapport d’activité 2018.

Le point suivant concerne la constitution d’un projet de bail d’habitation du presbytère de Chanly, pour un loyer de base 500 € par mois.

Le 8ème point à l’ordre du jour concerne une modification du règlement d’attribution des logements communaux. Actuellement une majorité des ⅔ est requise pour valider l’attribution d’un logement et le but de cette modification est de pouvoir la valider avec une majorité absolue, la voix du président étant prépondérante en cas d’égalité. Mr Tavier s’étonne de ce changement en demandant s’il y a vraiment un problème à cela. Mme Godet explique que le but est de faire avancer les dossiers d’attribution au cas où le nombre de membres du comité d’attribution n’est pas suffisant lors des réunions. Mr Meunier rétorque alors que vu que c’est la majorité qui fixe les dates des réunions, et parfois pendant les heures classiques de travail, cela traduirait la volonté de la majorité de tout organiser à 2 ou à 3. Il propose dans ce cas de supprimer le comité d’attribution et de poser ce genre de questions lors des conseils communaux dans un but de démocratie, plutôt que d'organiser ces réunions en comité restreint pour que le bourgmestre puisse, selon ses dires “passer en force”. Mr Closson rappelle alors que le but est de faire avancer les dossiers pour une bonne gestion du parc locatif, en reprochant aux membres de l’opposition de ne pas toujours se présenter lors des réunions. S’ensuit une querelle sans grand intérêt entre les têtes des 2 listes sur une déclaration qu’aurait fait Mr Closson selon les dires de Mr Meunier. Le point est ensuite adopté sur vote malgré un refus général des membres du groupe ”d’ici 2024”.

Le point suivant traite de la prolongation de la convention d’occupation à titre précaire de l’administration communale dans les bureaux dans l’ancienne gendarmerie. Cet avenant prévoit la prolongation du contrat de 21 mois, soit jusqu’au 30 juin 2021, date à laquelle les travaux de rénovation de l’hôtel de ville seront probablement terminés.

Le 10ème point, présenté par Mr Thierry Denoncin est une demande d’approbation du PIC pour 2019-2021, dans lequel on propose d’enlever le dossier “Croix-Ste-Anne à Lomprez” de la programmation PIC, étant donné qu’une endoscopie du réseau d'égouttage est maintenant requise, ce qui pourrait mettre en retard la rénovation intérieure de l’hôtel de ville, qui est un projet prioritaire.

S’ensuit l’approbation des conditions et du mode de passation du projet de chaufferie bois et du réseau de chaleur sur la commune de Wellin, dont le montant estimé est de 873.711,81 € HTVA, soit 1.057.191,29  € TVA comprise. Mr Meunier demande alors si des réunions avaient été prévues avec les partenaires qui avait été contactés au début du projet, et si les conventions établies sont toujours d’actualité. Mr Closson et Mme Mahin expliquent que les conventions sont ré-examinées à l’heure actuelle et que des contacts vont être entrepris avec les différents partenaires. Concernant les soucis de plaquettes qu’il y a avait eu lors d’une précédente livraison, l’erreur a été reconnue de la part des gestionnaires de la plateforme. En outre, les frais de transports sont mutualisés, ce qui est une excellente nouvelle pour Wellin. Mr Meunier demande si la question de la maintenance lorsque le projet sera terminé a déjà été envisagée, et si un temps plein allait être engagé par la commune à cet effet. Mr Closson répond qu’il a déjà eu des contacts avec des experts dont Mr Flahaut, qui propose de sous-traiter la maintenance à un professionnel pour déléguer la responsabilité à un partenaire privé. Des prévisions à long terme ont été réalisées par la majorité, et selon le bourgmestre, en considérant des scénarios divers, voir même très pessimistes, le projet serait en auto-financement, ce qui permet d’envisager le futur de ce projet avec sérénité. Après une question de Mr Meunier à propos du retour sur investissement du projet, Mr Closson propose de partager le tableau détaillé des simulations avec les membre de l’opposition.

Mr Thierry Denoncin reprend la parole pour faire approuver un cahier des charge concernant l’achat d’un nouveau véhicule pour le service des travaux, pour un montant de 24.793,39 €.

L’antépénultième point de l’ordre du jour fait directement suite à une question qui avait été posée par Mr Guillaume Tavier au dernier conseil communal concernant la location de terres agricoles appartenant à la commune. Le but de ce point est de mettre un terrain situé à Halma en location et de valider un cahier des charges pour la location des terres, dont l’attribution se base sur des critères concrets et quantifiables. Le candidat ayant le plus de points provenant de ces critères étant la personne qui se verra attribuer la location du terrain. Notons que les agriculteurs les plus favorisé pour l’obtention d’un terrain sont ceux qui se sont vu enlever une partie de leur parcelles agricoles pour cause d’utilité publique.

L’avant dernier point traite du renouvellement de CCCA, le Conseil Consultatif Communal des Ainés de Wellin. Lorsque Mr Meunier reproche le fait de ne pas avoir annoncé de date de fin pour les candidatures, Mme Mahy rétorque que c’était volontaire dans le but d’apporter un peu de souplesse aux candidatures et de permettre aux distraits de pouvoir se proposer plus tard.

Enfin le dernier point public a pour but de voter la convention de partenariat entre la maison du tourisme de la forêt de Saint-Hubert et l’office du tourisme de Wellin. Cette convention est similaire à celle de l’année précédente, si ce n’est une petite adaptation en vue de s’assurer de l'équité de la collaboration entre toutes les communes concernées.

Mr Meunier en profite pour demander où en est la situation problématique de la maison du tourisme en Haute-Lesse, qui dure depuis 2 ans. Mr Closson explique qu’une réunion a eu lieu avec les différents acteurs et qu’il serait intéressant de poursuivre la collaboration avec eux pour les raisons suivantes:

  • Il y a 3 crédits annuels pour un total de 16.000 € qui se termineront respectivement en 2021 - 2022 - 2027. Il faut savoir que cette association gère la boutique de Redu qui génère un bénéfice de 8.000 € par an au profit de la commune de Wellin, ce qui fait un résultat comptable de -8.000 € par an, ce qui veut aussi dire qu’au terme de ces crédits, il y a aura un bénéfice de 8.000 € par an.
  • Le bail emphytéotique en place actuellement sera rompu si l’ASBL est dissoute.

Autre fait intéressant concernant cette ASBL: La commune de Daverdisse a arrêté sa collaboration avec elle, commune qui avait un poid de 16% sur la clé de répartition des frais. La redistribution de ces frais sera faite, après une requête de Mr Benoît Closson, selon la clé de répartition actuelle au lieu de distribuer ⅓ de ces frais à chaque commune restante, comme suggéré par la commune de Libin, qui en profite le plus.

C’est sur cette discussion que s’est terminé la partie publique du conseil communal.

Yannick Tivisse

 

2 commentaires Imprimer

Commentaires

  • Suite à ce "long" conseil communal, force m'est d'adresser mes félicitations à mon "prenonyme", Yannick Tivisse, pour ses compte-rendus dignes de ceux de Philippe Alexandre et merci sincère au Bourgmestre pour sa communication directe, efficace et impartiale...
    Nonobstant ce qui précède et tous les termes techniques lus dans ce rapport, oserais-je suggérer de rester ouvert et compréhensible vis à vis de votre fidèle population qui compte sur vous, les Élus, demandant juste de pouvoir vivre confortablement dans ce superbe environnement?
    Pensons aux aînés, à leur sécurité et leurs déplacements...
    Ne perdez pas de vue que vous avez sous la main des personnes prêtes à prendre des postes ouverts ou à créer dans votre commune...
    Vive Wellin, vive la Famenne!

Écrire un commentaire

Optionnel