terroriste

  • Une brève de l'ami Jo : "Alcool au volant, familles décimées"

    wellin,commune,brève,ami,jo,simar,alcool,volant,terroriste,route,clef,voiture,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,province,philippe,alexandreSaviez-vous qu’en Belgique, les conducteurs ivres tuent plus que les djihadistes ?

    Et comme pour eux, c’est le hasard qui choisit ses victimes et il est rare qu’une semaine se passe sans qu’il n’y ait au moins un décès provoqué par les assassins de la route!

    Ce genre d’accident  continue sans cesse, malgré les efforts pour tenter de les faire diminuer. Ces accidents, pour moi, devraient être qualifiés de crimes, et même de meurtres  prémédités…  En effet, un ivrogne imbibé qui se met au volant sait pertinemment que son véhicule, une fois en marche, devient un véritable projectile aveugle, autre point commun avec les djihadistes qui eux aussi assassinent au hasard. Inch Allah !   Peut-être devraient-ils d’ailleurs crier « Alcool akbar » ! 

    On l’a dit, redit et prouvé des milliers de fois : même sans être complètement saoul, être si peu que ce soit sous l’influence de l’alcool, influe immédiatement sur la rapidité des réflexes.  Ceci a été irréfutablement prouvé lors de tests qui ont été réalisés sur d’excellents conducteurs, y compris des sportifs et des professionnels de la route.  On les a fait slalomer à vitesse normales entre des quilles, avant puis après avoir bu deux ou trois apéritifs.  Les résultats ont été indiscutables à tous les niveaux.  Celui qui nie cette vérité est forcément de mauvaise foi ou alors  son Q.I.  est au ras des pâquerettes, ce qui est d’ailleurs généralement le cas pour ce genre de personnes.

    wellin,commune,brève,ami,jo,simar,alcool,volant,terroriste,route,clef,voiture,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,province,philippe,alexandreUne chose étonnante est la raison souvent invoquée pour que quelqu’un qui doit conduire refuse un verre, « non merci, je ne voudrais pas me faire arrêter par les flics et risquer une amende » !  Presque jamais je n’ai entendu dire « non merci, j’aurais peur de causer un accident » !  La peur de l’amende passe avant celle de tuer quelqu’un ! ! !

    Si je me permets de faire la morale à ce sujet, c’est que, bien qu’ayant moi-même une foule d’autres défauts, je n’ai jamais conduit de véhicule avec « un verre dans le nez », l’anecdote suivante vous en convaincra peut-être...

    J’avais 25 ans,  jeune marié, et avec trois autres couples nous sortions danser tous les samedi soirs.  Comme en général pour aller danser nous quittions Verviers, j’avais la chance de pouvoir utiliser le combi de l’atelier de mon père, un combi Taunus que, le samedi,  je garnissais de ses banquettes après l’avoir bien nettoyé.

    wellin,commune,brève,ami,jo,simar,alcool,volant,terroriste,route,clef,voiture,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,province,philippe,alexandreUn de nos endroits de sortie préféré était un café dancing « Chez Angelo », à Dolhain, jolie petite ville traversée par la Vesdre.  Une fois donc, lors d’une de ces sorties, au moment de reprendre la route pour rentrer à Verviers, je me rends compte que j’avais bu un verre de trop. Cela ne m’arrivait jamais, mais cette fois s’était justement l’anniversaire de l’un d’entre nous, et les tournées s’étaient donc succédées un peu plus que d’habitude.  Loin d’être saoul, je sentais toutefois que j’avais trop bu pour conduire.  J’ai donc annoncé aux copains que nous allions devoir rentrer en taxi.  Naturellement, les hommes se sont proposé pour prendre le volant à ma place, ce que bien entendu j’ai refusé, car si aucun n’était saoul, ils avaient tous bu autant, si pas plus que moi.  Comme la discussion s’éternisait et risquait de tourner au vinaigre, je pris alors une décision aussi définitive qu’irrévocable.

    La Vesdre coulant à moins d’une centaine de mètres du café, j’ai couru  jusqu’à la rambarde du pont et y ai jeté les clés !   N’ayant plus d’autre alternative, nous sommes rentrés en taxi (sain et sauf), et le lendemain je suis venu avec mon père rechercher le combi avec le second jeu de clés.

    Jo

    bar2.gif

    0 commentaire Imprimer
  • Une brève de l'ami Jo, Verviétois de naissance...

    verviers blason.jpgVerviers, une ville belge de moyenne importance qui, jusqu'aux années 60, était mondialement connue et réputée en tant que capitale mondiale de la laine, une renommée dont les Verviétois étaient orgueilleux, mais dont seuls les plus anciens d'entre-nous se rappellent car, depuis, les choses ont bien changé...

    Mais voilà que depuis quelques jours Verviers retrouve d'un coup sa popularité d'antan et son nom est de nouveau cité dans le monde entier...

    Mais hélas cette fois, au lieu du sentiment de fierté qui animait les habitants de cette capitale de la laine, c'est un sentiment de honte qu'inspire cette fois aux verviétois cette nouvelle notoriété, de capitale du terrorisme.

    Verviers était une belle et bonne ville wallonne où il faisait bon vivre et travailler, c'était aussi une ville de culture, théâtre renommé, musées, conservatoire de musique, et même pour les amateurs de foot, une équipe qui jouait en première division, qui s'appelait alors "division d'honneur".

    verviers aquarelle.jpgMaintenant les quartiers commerçants les plus florissants, tels que Spintay, Hodimont , Dison, ont laissé place à ce que l'on pourrait comparer avec la banlieue parisienne, devenant ainsi un bouillon de culture pour cette engeance qui crée cette nouvelle triste réputation de la ville de Verviers.

    Maintenant, c'est le plein centre ville qui commence à se vider de ses dernières boutiques qui tentaient encore de tenir le coup...

    Oui, je suis heureux de ne plus vivre là, mais je pense que vous vous doutez de la tristesse que peux ressentir un ex-verviétois.

    Comment en est-on arrivé là?

    Mon fils, sa femme et mes petites filles vivent à moins de 150 mètres de la rue de la Colline ou ce réunissaient ces terroristes.

    Jo

    bar2.gifverviers vue.jpg

    0 commentaire Imprimer