roms

  • Une brève mise au point de l'ami Jo...

    penseur rodin.jpgPour une fois je vais me permettre de répondre à la personne qui, dans ses commentaires, perçoit des "relents de racisme" dans ma brève sur les Roms (cliquez ici).

    En compulsant les dictionnaires, on peut résumer la définition de racisme, comme le fait très bien l'un d'eux, en ces quelques mots : " Ensemble de théories et de croyances qui établissent une hiérarchie entre les races, entre les ethnies.  − En partic. :  Doctrine politique fondée sur le droit pour une race (dite pure et supérieure) d'en dominer d'autres, et sur le devoir de soumettre les intérêts des individus à ceux de la race."

    Vraiment je ne vois dans mon texte aucun propos qui, en fonction de cette définition, justifierait cette qualification.

    C'est dommage que l'on prenne de plus en plus l'habitude d'employer à la légère certains de ces qualificatifs dangereux, (tel que ces mots : "racisme" ou "raciste").   Ce faisant, on en diminue la portée tout en prenant le risque de blesser ceux qui, parfois, sont ainsi désignés injustement.

    Jo

    bar2.gif

    penseur.jpgNDLR : Je ne peux qu’adhérer à cette mise au point qui a le mérite de préciser le poids de certains mots, souvent galvaudés.  J’ajoute que les textes qui paraissent sur le blog de Wellin, comme déjà précisé par le passé, sont sélectionnés (entre autres) sur base du respect au sens large du terme : pas d’insultes, de propos extrémistes ou clairement mensongers.  Il s’agissait en l’occurrence d’un questionnement sur des faits qui apparaissent régulièrement dans l’actualité avec, en sus, une comparaison à prendre au second degré (presque tout le monde l'avait compris !).  Lorsqu’on aborde ce genre de sujets, il est difficile d’échapper à certains clichés.  Toutefois, aucun jugement, stigmatisation ou dénigrement n’a été porté sur ces choix de vie ou sur les personnes concernées (au contraire !).  Je regrette en outre que ces termes, blessants pour l’auteur du texte, soient proférés, à mauvais escient, avec une telle légèreté.  Il s’agit malheureusement du revers de la médaille du sacro-saint principe de liberté d’expression…

    Ph. A.

    bar2.gif

    1 commentaire Imprimer
  • Une brève de l'ami Jo : "Les gens du voyage"

    gens du voyage.jpgLes gens du voyage motorisé, il y en a de deux sortes : les touristes et les Roms...

    Personnellement je n'ai rien contre les Roms, je les envierais presque. Oui, sincèrement ces gens pratiquent un genre de vie qui me plaît.  Pas tout le temps bien sûr, mais de temps en temps certainement.

    J'ai d'ailleurs fait de la caravane et eu deux motorhomes. (Les français disent « camping car »).

    Avec mon premier motorhome, il y a trente ans, pas de problème, je pouvais pratiquement m'arrêter et passer la nuit n’importe où. Avec le deuxième, (c'était en 2.000) plus question !

    Actuellement le stationnement des motor-homes et caravanes est sévèrement réglementé partout en Europe. Ils doivent impérativement s'arrêter dans les endroits prévus à cet effet (style camping) en payant à la nuitée.

    roms caravanes.jpgAlors pourquoi les villes et communes devraient-elles prévoir des terrains (gratuits en sus) pour ces "gens du voyage" qui en plus viendront, ou ne viendront pas dans ces terrains prévus, car du fait du principe de liberté totale qu’ils ont choisi (c’est leur droit), ils ne peuvent ou ne veulent planifier à l’avance, ni leurs itinéraires, ni leurs étapes?

    Viendront ? Viendront pas ?

    Tous les touristes qui voyagent en motorhome ou en caravane sont comme les Roms, des gens du voyage, sauf qu'eux en général, ils n'ont qu'une ou deux semaines par an pour "pratiquer", à l'exception des pensionnés, bien sûr. De plus, ils réservent souvent leur emplacement à l'avance, payant même en général un acompte à la réservation !

    Pas un seul que je sache n'a jamais exigé d'une ville ou d'une commune un emplacement gratuit pour y passer une nuit, ou une quinzaine !

    Pourtant ces Roms devraient avoir les moyens de payer leurs nuitées : leurs véhicules et caravanes, n'ont rien de ruines.  On l'a vu ces jours-ci à la télé, c'est même le top du top !

    vanniers  ambulants.jpgMais au fait, étant toujours du voyage, comment gagnent-ils leur vie ?

    Et, question subsidiaire, ou paient-ils les impôts qui pourraient justifier qu'on laisse des terrains à leur disposition ?

    Car en fonction de leurs signes extérieurs de richesse, voitures haut de gammes, caravanes luxueuses et motorhomes idem, c'est pas des "pauv'gens" !

    Sans parler des bijoux qu'ils adorent exhiber.

    Avouez qu’il y a de quoi se poser des questions, vraiment!

    Jo

    bar2.gif

    4 commentaires Imprimer