proclamation

  • Une brève de l'ami Jo : "Souvenirs scolaires (Institut St Michel Verviers 1945)"

    1942 Ecole 1.jpgLa cérémonie solennelle de proclamation des résultats et remise des prix se passait chaque fin d'année scolaire dans la salle du cinéma Pathé, qui se trouvait juste à côté de l’institut, et dont les chers frères en étaient d’ailleurs propriétaire.

    Ce cinéma, un des plus grands de la ville, possédait un balcon et une magnifique scène, comme un théâtre, ce qui donnait à cet événement un décorum digne de celui des universités américaines comme nous l’ont montrés les films des années 50/ 60.

    Le grand jour venu, assis sur la scène trônait une brochette des hautes personnalités laïcs, régionales et une autre de personnalités religieuses.

    Sur les côtés de la scène on devinait de grandes tables sur lesquelles s’accumulaient les livres qui lors de la distribution des prix, devaient être distribués aux meilleurs élèves.

    Dans la salle, assis dans leurs fauteuils, les parents d’élèves devaient certainement être aussi stressés que nous car, jusqu’au moment d’arriver sur scène ni eux, ni nous n'avions la moindre idée quant à nos résultats, le suspense était total.

    En commençant par les plus petits, l'entrée des classes se faisait par les coulisses, classe par classe présentés par un des frères et sous les applaudissements des parents. Le spectacle commençait.

    - "Premier de la classe, avec 98,5 pour cent des points, Untel."

    lauriers.jpgCrépitement d’applaudissements et passage de l’élève devant les personnalités et les professeurs pour recevoir leurs félicitations. Ensuite, il était dirigé vers la table ad hoc pour recevoir ses prix et reprendre sa place dans le rang lourdement chargé.

    Puis deuxième, troisième etc. chacun recevant inexorablement sa numérotation, jusqu'au dernier, (trente-troisième un tel etc). y compris ceux qui devaient doubler, ce qui aussi ne manquait pas d'être annoncé sur scène.

    Faut pas demander le stress qui nous tenaillait, au fur et à mesure que les noms s’égrenaient, chacun espérant chaque fois que le suivant serait le sien ! Et je suppose qu’il en était de même pour les parents.

    Si les applaudissements crépitaient pour les quelques premiers, ils diminuaient bien sur progressivement, laissant finalement place à l’indifférence pour ceux qui défilaient et rejoignaient leur place les mains vides. Mais pourtant, tous devaient y passer!

    Mis à part pour les quelques premiers, quel horrible souvenir.

    bulletin.jpgPersonnellement, conscient de mes possibilités je ne m’attendais jamais à recevoir un prix ou l’autre, mais j'espérais tant (pour mes parents surtout) me trouver au moins dans la première moitié du classement.

    Une fois la distribution des prix terminée, nous retournions dans la cour de l’école ou nos parents pouvaient venir nous chercher. Le stress était tombé et nous n’avions plus qu’à promettre de faire mieux l’année prochaine.

    Avouez quand même que, question de pédagogie, il y avait de sérieux progrès à faire...

    Jo

    bar2.gif

    1 commentaire Imprimer