micro

  • Wellin : exposition "80 ans de chanson française, du microphone au mp3" à la bibliothèque...

    80-ans-de-chanson-francaise-expo-a - 1.jpgUne expo proposée par la bibliothèque de Wellin du 12 octobre au 23 novembre 2018, les vendredis de 13h30 à 18h30.

    La chanson, art populaire qui touche à la vie de tout un chacun et s’inscrit dans la mémoire collective, constitue le meilleur reflet de « l'air du temps ».

    Cette exposition présente l’aventure de la chanson française des années 1930 à 2010, balayant huit décennies de mouvements et d’interprètes : de Charles Trenet à Olivia Ruiz, en passant par Piaf, Brel, Cabrel ; des salles de music-hall aux caves de St-Germain-des-Prés ; des yéyés au rock made in France ; des scènes de l’Hexagone à celles du Québec ; sans oublier l’Occupation, la télévision, le show-biz, la francophonie, et les effets de générations.

    Une exposition où chacun retrouvera les chansons qui l’ont accompagné, dans un parcours historique.

    bar2.gif

    Le site internet de la bibliothèque : cliquez ici

    bar2.gif

    80-ans-de-chanson-francaise-expo-e - 2.jpg  80-ans-de-chanson-francaise-expo-f - 2.jpg

    0 commentaire Imprimer
  • Une brève de l'ami Jo : "A Tihange et à Doel, il risque de faire Chooz"...

    tihange.jpgÇa fait déjà un petit temps qu'on nous bassine avec les "microfissures" de nos centrales, nucléaires en même temps d'ailleurs, et en corrélation avec les risques d'un black-out qui menacerait de nous faire revenir au temps des cavernes.

    Tant qu'on parle de ça on ne parle pas d'autres choses et c'est vraisemblablement l'effet recherché...

    Ou en tous cas, cela l'était jusqu'à ces derniers jours, car la manière dont les responsables de ces centrales distillent l'information sur ce problème de fissures donnent sérieusement à réfléchir...

    Au début, c'était en 2012, on nous a parlé alors d'un problème mineur. Je n'ai plus en têtes les mots employés pour nous mettre au courant de ce qu'on nous présentait n'être apparemment qu'une péripétie, mais de toutes façons le vocabulaire employé utilisait le mot de "microfissures".

    fissure.jpgPour le commun des mortels et en se référent au vocabulaire technique actuel, le préfixe "micro" s'emploie pour définir quelque chose d'infiniment petit. Un microprocesseur par exemple, est le résultat d'une miniaturisation de certains éléments, un micro-ampère est le millionième d'un ampère, une microseconde est le millionième d'une seconde etc.

    D'où la réaction normale du petit peuple : une microfissure, ce n'est vraiment qu'une petite ou même une toute petite fissure de rien du tout !

    Mais ensuite, sont bien sur venus les experts en la matière, (fissile). Et là on a commencé à parler en millimètres. Ça change déjà.

    Et de plus, il semble que le nombre de ces fissures (micros ou millimétriques) à nettement été sous-évalués. Mais on parle toujours de possibilité de "réparations (des rustines quoi !)

    Et maintenant, dans Le Soir de ce samedi 21 février, les chiffres cités sont exprimés en centimètres ! Et pas n'importe quels centimètres, jusqu'à 9 centimètres ! ! !

    grand canyon.jpg

    Mais c'est pas tout, mais c'est pas tout !

    Dans le Soir de ce jeudi 26, ils viennent d'en découvrir de 18 centimètres...

    Je ne sais pas de quels appareils ils se servent pour ce genre de détection car d'habitude on s'aperçoit d'abord des gros défauts puis, en approfondissant, on en trouve de plus petits.

    Mais ici, ils ont d'abord trouvé des "microfissures" sans voir les grandes !

    Ce qui au départ nous était annoncé comme des microfissures, sont en train de devenir tout simplement des "crevasses" de 18 cm. Et on ne les avait pas remarquées !

    Elles faisaient peut-être partie des plus de 1.000 "microfissures" qui n'avaient pas été découvertes en 2012, puisque le dernier comptage parle de 3149 fissures dans la cuve de Tihange II alors que seules 2011 avaient été recensés en 2012.

    Pour résumer, l'article du Soir parle d'une révision à la hausse des dégâts de l'ordre des 60% avant la découverte de la ou des crevasses de 18 cm...

    Où va-t-on s'arrêter ?  Quelle confiance peut-on accorder aux responsables ?

    Et finalement, qui sont ces responsables : le Gouvernement ? Electrabel ? A moins qu'à Tihange et à Doel, faute de budget, l'entretien des centrales soit confié aux ouvriers communaux!!! (J'ai rien contre les ouvriers communaux, vraiment!).

    Jo

    bar2.gif

    1 commentaire Imprimer