magné

  • Site Gilson : lettre de la "Coordination Gilson" au Président de la CCATM, Monsieur Masse...

    1934179477.JPGA Monsieur Masse, Président de la CCATM et aux membres de la CCATM 

     

     

    Monsieur Le Président, 

    Mesdames, Messieurs,  

     

    Nous tenons à vous réitérer nos remerciements pour nous avoir conviés à la visite du site Gilson le 25 août 2014, organisée pour la CCATM. 

     

    Point 1 

    Cette visite, contrairement à ce que Monsieur Lambert a déclaré lors du dernier Conseil Communal du 30 août 2014(« le dernier CCATM a répondu à toutes les craintes des riverains » - cliquez ici)a certes donné quelques informations, mais cette visite n’a pas dissipé nos craintes, comme exprimé auprès de Madame La Bourgmestre !

     

    • 3154168203.2.PNGLes plans, remis confidentiellement, sont ceux présentés aux riverains lors de la séance du 5 mai 2014à l’exception des voies de circulations nouvelles à créer qui n’apparaissent plus ; elles ont été supprimées, justifiant ainsi les propos du conseil communal qu’il n’y aura pas d’expropriation 

    • comme les volumes, correspondant aux constructions envisagées, sont strictement identiques, la question est : par quelles voies de circulation seront desservies toutes ces constructionsà l’avenir ? puisque, sans aller jusqu’à une construction de 80 logements que la « rumeur » a colportée, il nous a déjà été présenté deux fois 20 logements programmés entre les ateliers dans un premier temps, et le hangar ensuiteplus quelques petites maisons sur le bâtiment à gauche des ateliers, un éventuel cabinet médical en descendant à droite, et des commerces. 

    • Les sapinières, correspondant toujours à 3 blocs de construction, nous ont bien été signalées pour être propriétés privées, et ne faisant pas partie du site Gilson, et donc, pas soumises à visite...  Mais la question demeure : expropriation, ou droit de préemption, en  temps opportun, à futur, tel que le PCA le permet ? 

     

    Point 2  

    La communication « toutes-boites » distribuée début août, ajoute une 4ème raison pour recourir à un Plan d’aménagement communal (PCA), ceci par rapport à la présentation du 5 mai, qui  ne comportait que 3 raisons,  cette 4ème raison étant  : « 4 – nous voulions éviter une densification trop importante du site vu la superficie qui est en zone d’habitat dans son intégralité » 

    Les plans communiqués, n’ont, pour l’instant, rien modifié à la densité présentée lors de la séance du 5 mai. Alors ? travaillons nous sur les « bons plans ? » 

     

    2346317860.JPGPoint 3 :  

    Etant donné l’évolution de la situation depuis juin/juillet 2013 (cliquez ici), à savoir que ce n’est plus un partenariat public/privé, mais exclusivement un opérateur privé qui est devenu propriétaire du site, la question se pose de la pertinence d’avoir un PCA, puisque cet opérateur sera soumis à des règles d’urbanisme, correspondant à la zone d’habitat. 

     

    Lors du dernier Conseil, Monsieur Lambert a justifié la volonté du Conseil Communal de maintenir le PCA, car le promoteur local peut décider de vendre ou d’abandonner son projet. Que se passera t il alors ?  Il faut veiller à préserver toutes les garanties pour la commune et les riverains. Ceci est une intention louable que celle d’envisager les hypothèses du futur…….ce qui est exactement notre propos 

     

    Toutefois 

    • on ne comprend pas comment un investisseur privé, après avoir acquis ce sitel’abandonnerait compte tenu du budget investi ! Il est certain que tout à chacun souhaite éviter qu’il y ait un chancre au cœur du village, tel qu’il en existe d’autres malheureusement,  

    • on ne comprend pas comment, en cas de vente, un autre promoteur ne serait  pas tenu également par les règles d’urbanisme ? Comment ces règles, satisfaisantes pour nombre de Communes, et valables pour toute construction,  ne peuvent-elles pas être suffisantes pour Wellin ? 

     

    Alors, si ce PCA apporte vraiment des garanties à la Communenous souhaiterions qu’il apporte aussi des garanties aux riverains, à savoir qu’il n’y aura pas d’expropriation, aujourd’hui ou à futuret que ce soit « consigné » dans ce PCA, même en cas de modifications ultérieures du PCA par tout autre Conseil Communal ???. 

     

    En votre qualité de Président de la CCATM, appelée à donner son avis, il est important que vous ayez connaissance de la position des riverains.  

     

    expropriation.jpgBien entendu, tous les riverains du périmètre (6 ha 600) ne se situent pas dans les mêmes zones « à risques », tous les riverains ne souffrent  pas du syndrome « not in my back yard –pas dans le fond de mon jardin», mais tous les riverains ne bénéficient pas, comme certains, d’un acte contenant une clause de protection contre les aléas d’aménagement du site, comme indiqué par Madame La Bourgmestre à la fin de la visite du Site, qui rappelons-lereprésente moins d’1 ha !. 

     

    C’est parce que nous partageons l’interrogation de Monsieur Lambert au dernier Conseil Communal « la vérité d’aujourd’hui, sera-t-elle celle de demain ?», que nous  demandons que les riverains puissent bénéficier de garanties, pour que la vérité d’aujourd’hui soit aussi celle de demain. 

     

    Avec nos sincères salutations,  

     

    La coordination « PCA Gilson » - J Noël - 9, rue Houchettes - 6920 – Wellin 

     

    Copie envoyée aux membres du Collège Communal

     bar2.gif

    0 commentaire Imprimer
  • Wellin : nouveau communiqué de la Coordination de la Pétition ”Non au projet PCA Gilson”...

    1934179477.JPGAprès un premier communiqué publié sur le blog de Wellin le 27 juin dernier  (cliquez ici) et un toutes-boîtes distribué dans le village  de Wellin (cliquez ici), la Coordination  de la pétition "Non au PCA Gilson" me fait parvenir un nouveau communiqué.  Je vous le livre tel qu'il m'est parvenu.  Pour info, les caractères en italiques correspondent aux citations figurant dans le bulletin Communal, et les caractères gras soulignés, correspondent aux questions/observations.  Rappelons également, pour être complet, que le site Gilson a officiellement été acquis le 10 juillet dernier par l'entreprise wellinoise Balfroid-Magnée (cliquez ici)...

    bar2.gif

    Juillet… le mois des vacances, mais  aussi  celui  du Bulletin Communal que chacun a trouvé dans sa boite aux lettres ! 

     

    …avec les informations du Collège Communal 

    relatives au Plan Communal d’aménagement du site Gilson (PCA) qui appellent, de la part de la coordination (J.NoelM.Th. De Smet)les observations suivantes 

     

    La réunion du 5 mai 2014 devait permettre à chacun  de découvrir un grand projet –à la fois public et privé- en cours d’élaboration, et de découvrir également ce qu’est un PCA, Plan Communal d’Aménagement, outil dont le Collège Communal souhaite se doter. 

     

    enquête publique.jpg1/ Selon le message du Collège, l’avant-projet, qui doit être voté par le Conseil communal, sera soumis à l’avis de la CCATMet sera soumis à enquête publique : « le moment  opportun pour faire part des remarques »Notons que si la législation le prévoit bien ainsi, la question se pose de savoir s’il n’est pas plus rationnel que l’avant-projet intègre d’ores et déjà ces remarques, pour éviter la multitude des versions, et limiter la charge de travail des auteurs (bureau d’études, promoteur, région, commune, fonctionnaires…..) 

      

    2La documentation de la Région Wallonne (Direction de l’urbanisme) ne recommande-t-elle pas la concertation entre tous les acteurs ? et elle précise « il faut faire plus que consulter le public : il faut le faire collaborer à la confection du plan ». 

     

    wellin,commune,pca,site,gilson,balfroid,magné,projet,pétition,plan,communal,aménagement,conseil,collège,bourgmestre,noel,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,province,philippe,alexandre3/ Alors, l’intention démocratique, qui a conduit à  la réunion d’information du 5 mai 2014, était presque pertinente, ….mais elle n’a « ciblé » que les propriétaires du périmètre défini par la Rue Paul-Dubois, la rue de la Station, la rue des Marronniers et la rue HouchettesMAIS pas les habitants locataires, ou les riverains de la rue Paul Dubois (numéros impairs), qui néanmoins sont concernés…… Y  aurait-il plusieurs catégories de public ?  

     

    4/  Le public invité a reçu une information lors de la séance,  au moyen dun défilé rapide de textes et de plans sur écranmais, aucune réponse aux observations écrites et individuelles ne leur a été adressée suite à la réunionet l’accès à la documentation et aux plans,  s’est révélé forclos pour d’autresCollaborer à la confection du PCA -dans ces circonstances-  se révèle difficile ! 

     

    5Comme le mentionne le Collègeil est certain que « l’élaboration du PCA est une tâche exigeante, pour concevoir l’aménagement d’un espace qui contribue à la qualité d’un cadre de  vie épanouissant et qui réponde aux besoins de ceux qui vont y habiter et le fréquenter»,  mais ne convient- il pas aussi de respecter le cadre de vie, l’environnement de ceux qui y vivent, et qui sont en mesure d’exprimer une opinion, et de contribuer ?  

     

    2346317860.JPG6/ Le Conseil Communal a affirmé, « qu’il n’entre nullement dans les intentions du Collège d’exproprier qui que ce soit…de forcer les propriétaires à quoi que ce soit, mais seulement leur donner une opportunité de valoriser leurs biens »Cette opportunité de valorisation n’est pas évidente, au vu du projet et des plans ! …………mais, surtout, la décision d’adopter un PCA, est un acte qui engage l’avenir, qui va au-delà de la durée du mandat de l’équipe actuelle du Conseil CommunalLes Conseils Communaux suivants………et ceci pour de nombreuses années pourront toujours revenir modifier le projet, les plans, les voies d’accès……et exproprier !. Une fois adopté, le PCA est permanent ! 

     

    7/ Les raisons qui ont présidé à recourir à un PCA sont-elles toujours valables ? « Nous voulions aussi offrir aux investisseurs potentiels un cadre de référence clair et susciter le développement de projets cohérents », affirme le Collège communalMais, maintenant le site a été acquis par un seul promoteur, le 10 juillet 2014, ce souci de  cohérence entre différents investisseurs n’a plus lieu d’existerUn permis d’urbanisme ne conviendrait-il pas mieux qu’un PCA ? 

     

    8/ Pourquoi avoir un périmètre de PCA de 6.68 ha, quand la zone à construire et à aménager est limitée par le Site Gilson (90 a 30 ca)et qu’il n’y a plus qu’un SEUL opérateur, un promoteur PRIVE ? 

     

    expropriation.jpg9Un des risques majeurs, pour les riverains, est la présentation d’un PCA (phase 1), avec enquête publique et envoi du dossier aux autorités pour le 31/12/2014, sans plan d’expropriation (donc, sans les informations communiquées le 5 mai)Mais comme le PCA comporte intrinsèquement le principe d’expropriation, ces expropriations pourraient se faire progressivement, au fur et à mesure de la réalisation de différentes phases, ou des différents Conseils communaux à venir…….  

     

    10/ Que les travaux débutent demain, dans 5, 10 ou 15 ans, si le PCA est adopté, il sera toujours d’application, avec toutes les « variantes possibles » sur les propriétés du périmètre……  une véritable Épée de Damoclès sur la tête des habitants et des riverains du périmètre.

    bar2.gif

    Sources : CWATUP : Code Wallon d’Aménagement du Territoire, de l’urbanisme et du Patrimoine - DG 04, Service Public de Wallonie (cliquez ici et ici)

    0 commentaire Imprimer