bulletin

  • Wellin - Bulletin communal de février 2017 : la réplique de l'opposition à la réponse du Collège...

    wellin,commune,bulletin,communal,réponse,majorité,collège,opposition,avec,vous,réplique,hôtel,ville,église,fays,famenne,sohier,école,laboratoire,vie,rurale,gestion,personnel,expert,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,province,philippe,alexandre,benoît,clossonDans le bulletin communal distribué dans vos boîtes aux lettres ce jeudi 16, vous aurez sans doute remarqué (entre autres) l'habituelle page intitulée "Le mot de l'opposition". Moins habituel toutefois : le Collège a inséré sa réponse à cet article dans la même édition.  Il avait d'ailleurs déjà longuement été question de ce bulletin communal lors du dernier Conseil (cliquez ici).

    Le groupe d'opposition "Avec Vous" me fait parvenir sa réplique à la réponse du Collège. Je vous la transcrit ci-dessous telle que je l'ai reçue...
    Afin que les choses soient claires pour tout le monde, je vous insère également les divers articles qui composent cette "saga" jusqu'à présent...

    bar2.gif
    Le mot de l'opposition : cliquez ici ou ici
    La réponse du Collège : cliquez ici ou ici

    bar2.gif
    Cliquez sur "lire la suite" ci-dessous à droite afin de prendre connaissance de la réplique de l'opposition...bar2.gif

    Lire la suite

    0 commentaire Imprimer
  • Un article dans l'édition du jour de la Meuse Luxembourg à propos de Wellin : "Non, le Collège ne censure personne"...

    Cliquez sur l'article pour l'agrandirbar2.gifcensure.png

    bar2.gif

    La version texte de cet article : cliquez ici

    La vidéo de ce Conseil Communal : cliquez ici

    0 commentaire Imprimer
  • Une brève de l'ami Jo : "Bulletin Communal"

    wellin,commune,brève,ami,jo,simar,bulletin,communal,bourgmestre,maïeur,anne,bughin,maison,association,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,province,philippe,alexandreCe vendredi 4 septembre est tombé dans toutes les boîtes aux lettres de la commune, le Bulletin Communal n° 5 frappé pourtant de la date de Août 2015. C’est d’autant plus bizarre que notre Maïeure, elle, avait certainement préparé son éditorial bien avant car elle commence par « Avec l’arrivée des beaux jours », alors que nous recevons sa prose avec l’automne à nos portes !

    Rien de grave, mais dans son laïus semestriel, notre Maïeure conseille « à chacun et à chacune de veiller à offrir dans son environnement immédiat une qualité de vue à ses voisins, touristes etc. (…) un jardin entretenu et quelques fleurs ajoute-t-elle » !

    J’ai été quelque peu surpris par ce passage car lors d’une de mes brèves de l’année passée je faisais justement la remarque que si notre maison des associations faisait la fierté de notre commune, sa construction faite de cette magnifique pierre régionale, la rendait plutôt austère (cliquez ici). Je proposais donc à notre Administration de prévoir un budget l’année prochaine en vue de fleurir les fenêtres de ce beau bâtiment. Ce que me promis alors de faire notre Maïeure. Et pourtant, cette année ……

    Je sais que, dans la gestion d’une commune, un problème de cette importance est certes mineur par rapport à tous ceux qui se présentent, mais à partir du moment où, personnellement, notre premier Magistrat conseille à ses administrés de faire ce qu’il a promis de faire sans le faire ou le faire-faire, faut l'faire (ouf) et ça ne peut que sauter aux yeux.

    Il y a peu, lors d’une rencontre plus récente, notre Maïeure m’a de nouveau promis que pour l’année prochaine notre belle maison de village serait fleurie. Je veux là croire.

    wellin,commune,brève,ami,jo,simar,bulletin,communal,bourgmestre,maïeur,anne,bughin,maison,association,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,province,philippe,alexandre

    Mais avant même de fleurir ses jardins, la moindre des choses dans une commune aussi jolie et (presque) propre que la nôtre, ne devrait-elle pas, notre Maïeure, non seulement conseiller, mais rappeler à l’ordre les propriétaires de maisons dont les trottoirs s’apparentent plutôt à une petite brousse ?

    Sur internet, je suis tombé sur le règlement de la ville de Liège à ce sujet, un règlement qui je suppose doit être pratiquement le même pour toutes les communes. En voici un extrait.

    244630105.jpg« Tout occupant d'immeuble est tenu de maintenir dans un état de propreté suffisant l'entièreté de la portion de trottoir, d'accotement et de rigole se trouvant en regard de sa demeure ou de sa propriété, afin d'assurer la propreté, la salubrité et la sûreté de la voie publique, sous réserve d'autres dispositions réglementaires. Il est tenu notamment d'y enlever les végétaux qui y croissent, etc… »

    Pour ce qui est du prix de l’anti-herbes (attention à la nouvelle réglementation! - cliquez ici), j’ai publié en son temps dans une brève la recette d’une composition au prix de revient plus qu’abordable à base de sel et de vinaigre bon marché (cliquez ici).

    Une dernière remarque, concernant le Bulletin Communal, je la donne pour ce qu’elle vaut.

    wellin,commune,brève,ami,jo,simar,bulletin,communal,bourgmestre,maïeur,anne,bughin,maison,association,blog,sudinfo,sudpresse,la meuse,luxembourg,province,philippe,alexandreConcernant la rubrique « Urbanisme » en page 7, je lis « … les objectifs du PCA sont bien d’éviter une densification excessive du centre du village… ». Par contre, dans les conseils du P.C.D.R. (Programme communal de développement rural), je relève ce texte, « Il faut au contraire freiner la dispersion des fonctions par leur regroupement dans les centres urbains et les noyaux d’habitat (densifier l’urbanisation) et rapprocher les unes des autres les fonctions complémentaires, c'est-à-dire l’habitat, le travail et les équipements, notamment en pratiquant une mixité des fonctions ».

    N’y a-t-il pas là une contradiction ? Naturellement à partir de quand une densification devient-elle excessive ? Encore une fois, chacun appréciera selon ses convenances !

    Jo

    bar2.gif

    0 commentaire Imprimer
  • Une brève de l'ami Jo : "Souvenirs scolaires (Institut St Michel Verviers 1945)"

    1942 Ecole 1.jpgLa cérémonie solennelle de proclamation des résultats et remise des prix se passait chaque fin d'année scolaire dans la salle du cinéma Pathé, qui se trouvait juste à côté de l’institut, et dont les chers frères en étaient d’ailleurs propriétaire.

    Ce cinéma, un des plus grands de la ville, possédait un balcon et une magnifique scène, comme un théâtre, ce qui donnait à cet événement un décorum digne de celui des universités américaines comme nous l’ont montrés les films des années 50/ 60.

    Le grand jour venu, assis sur la scène trônait une brochette des hautes personnalités laïcs, régionales et une autre de personnalités religieuses.

    Sur les côtés de la scène on devinait de grandes tables sur lesquelles s’accumulaient les livres qui lors de la distribution des prix, devaient être distribués aux meilleurs élèves.

    Dans la salle, assis dans leurs fauteuils, les parents d’élèves devaient certainement être aussi stressés que nous car, jusqu’au moment d’arriver sur scène ni eux, ni nous n'avions la moindre idée quant à nos résultats, le suspense était total.

    En commençant par les plus petits, l'entrée des classes se faisait par les coulisses, classe par classe présentés par un des frères et sous les applaudissements des parents. Le spectacle commençait.

    - "Premier de la classe, avec 98,5 pour cent des points, Untel."

    lauriers.jpgCrépitement d’applaudissements et passage de l’élève devant les personnalités et les professeurs pour recevoir leurs félicitations. Ensuite, il était dirigé vers la table ad hoc pour recevoir ses prix et reprendre sa place dans le rang lourdement chargé.

    Puis deuxième, troisième etc. chacun recevant inexorablement sa numérotation, jusqu'au dernier, (trente-troisième un tel etc). y compris ceux qui devaient doubler, ce qui aussi ne manquait pas d'être annoncé sur scène.

    Faut pas demander le stress qui nous tenaillait, au fur et à mesure que les noms s’égrenaient, chacun espérant chaque fois que le suivant serait le sien ! Et je suppose qu’il en était de même pour les parents.

    Si les applaudissements crépitaient pour les quelques premiers, ils diminuaient bien sur progressivement, laissant finalement place à l’indifférence pour ceux qui défilaient et rejoignaient leur place les mains vides. Mais pourtant, tous devaient y passer!

    Mis à part pour les quelques premiers, quel horrible souvenir.

    bulletin.jpgPersonnellement, conscient de mes possibilités je ne m’attendais jamais à recevoir un prix ou l’autre, mais j'espérais tant (pour mes parents surtout) me trouver au moins dans la première moitié du classement.

    Une fois la distribution des prix terminée, nous retournions dans la cour de l’école ou nos parents pouvaient venir nous chercher. Le stress était tombé et nous n’avions plus qu’à promettre de faire mieux l’année prochaine.

    Avouez quand même que, question de pédagogie, il y avait de sérieux progrès à faire...

    Jo

    bar2.gif

    1 commentaire Imprimer